Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Géopolis
  • : Géopolis est consacré à la géopolitique et à la géostratégie : comprendre la politique internationale et en prévoir les évolutions, les conflits présents et à venir, tel est le propos, rien moins !
  • Contact

Profil

  • Mélusine

Géopolis

Par ces temps troublés, l'actualité géopolitique inquiète et déconcerte. Les clefs nous manquent souvent pour en appréhender les facteurs d'évolution décisifs. Et en cette matière, les médias communs informent à peu près aussi mal qu'ils sont mal informés. On nous parle beaucoup de "mondialisation", mais la compréhension des désordres mondiaux n'en paraît pas tellement meilleure et les désordres eux-mêmes persistent, redoublent même... Bien sûr, Géopolis n'a pas la prétention de tout savoir et de tout expliquer. Nous tenterons simplement ici avec ceux qui voudront bien nous rejoindre de contribuer à la réflexion, d'éclairer certaines questions d'actualité en apportant des informations passées inaperçues ou des témoignages de première main, et aussi de prendre un peu de distance pour ne pas trop nous laisser impressionner par l'impact immédiat des événements. A qui s'adresse Géopolis ? A nous tous, simples citoyens, parce qu'en nos pays réputés démocratiques, nous sommes à l'origine de choix cruciaux : par le vote, c'est nous qui portons au pouvoir des hommes dont les décisions (ou les indécisions) feront le monde de demain, les guerres, la vie et la mort des pays et des peuples... C'est bien sérieux tout ça ! - Oui, le sujet est sérieux, mais les manières de l'aborder peuvent ne pas l'être toujours. Il sera donc aussi question de traités d'art militaire, de la formation des chefs d'Etat, de romans d'espionnage ou de cinéma...

Recherche

15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 21:18
Je sais bien que nous ne sommes plus le 1er janvier, mais, selon le calendrier chinois, débute dans quelques jours une nouvelle année (le 18 février 2007) qui sera placée sous le signe du Cochon de feu, un signe très favorable. En Chine, le cochon des rizières est gage de prospérité et d'abondance : "Pendant la huitième et la neuvième lune on lâche les pourceaux et, bien qu'on leur donne peu de nourriture, ils engraissent et apportent la prospérité dans la maison". Selon l'empereur Kangxi (1661-1722), le cochon ou sanglier de feu, "Général au long museau", représente à la fois la prospérité, la bienveillance et aussi la "Vertu Chevaleresque" qui caractérise le Brave qui défend sa terre et qui sait même accroître son territoire.

Porcelet, fillette, papillon et glycines
www.tao-yin.com/astrologie/cochon_feu.htm

En fait, le bon petit cochon et le porc gras ne sont pas l'apanage des Chinois, et c'est toute l'Eurasie qui associe l'animal à l'idée de prospérité, cf. Jacques Verroust, Michel Pastoureau et Raymond Buren, Le cochon : histoire, symbolique et cuisine du porc, Paris (Sang de la terre), 1987. Cochon domestique, truie, porcelets, cochon de lait, goret, verrat, mais aussi cochon sauvage, sanglier, laie et marcassins..., la culture occidentale est riche en mots, en mythes autour du cochon. La chasse au sanglier, bête fauve, fut longtemps une chasse royale. Le porc gras, que l'on sacrifiait en décembre, nourrissait les villages pendant les mois d'hiver. Le cochon était aussi l'un des motifs préférés des cartes de Nouvel An russes ou allemandes au XIXe siècle et aujourd'hui encore les enfants mettent leurs petites économies dans des tirelires en forme de cochon (qui rapportent beaucoup plus que les autres ! si, si, je vous assure).

Trèfles à quatre-feuilles et petit cochon pour les vœux
www.oldkiev.info/gallery_St_otkritki.html

Je ne tenterai même pas d'énumérer toutes les préparations culinaires à base de porc (saucisses, jambons, saucisson, lard, lardons, andouillette, boudin, etc.) car ce serait sans fin, un vrai festin de Gargantua !

Mais pendant que les maternités de Chine et de Corée ne désemplissent pas et qu'on y attend un véritable baby-boom de petits fortunés (+ 10% de naissances prévus en Corée cette année), une bien curieuse affaire s'est jouée chez nous il y a quelques semaines qui laisse augurer que les charcutiers français ne vont pas être à la fête ! En décembre 2006, le préfet de Paris, Pierre Mutz, s'est mis en tête d'interdire les distributions caritatives de soupe au lard aux miséreux de la capitale, dits pudiquement SDF, par une association du même sigle. Que le préfet Mütz travaillait du bonnet (cf. http://geopolis.over-blog.net/article-4926927.html), on avait déjà remarqué, mais il faut croire qu'il n'est pas le seul puisque le préfet de Nice, Dominique Vian, s'est mis à son tour en demeure d'ôter aux pauvres le pain de la bouche ! Et qui dit préfet, dit Ministère de l'Intérieur. Il en ressort donc que M. Sarkozy (UMP), présentement ministre de l'Intérieur et candidat à la présidence de la république, en a après les pauvres ou après les cochons, ou les deux. Mais il n'est pas le seul et le mal gagne : une véritable épidémie de cochonophobie s'est emparée de notre pauvre France, qui ne peut guère annoncer qu'infortune, stérilité et misère. Pas de cochon, fini la chance ! (certainement un proverbe chinois).

La Justice, en l'espèce le tribunal administratif de Paris, avait pourtant tenté de ramener ces Messieurs à la raison en rendant une ordonnance qui suspendait les arrêtés préfectoraux d'interdiction. Mais qu'est-ce que la Raison sur une nef de furieux ? Le 5 janvier dernier le Conseil d'Etat annulait l'ordonnance, estimant que ces nouveaux interdits sont conformes au droit. Conformes au droit des hommes, voire ! ; aux devoirs de la charité chrétienne, certainement pas. Les raisons invoquées à défaut de raison demandent à être examinées de plus près. Pour le représentant du Ministère de l'Intérieur, l'avocat Jean-François Boutet, ces distributions de soupe seraient "discriminatoires et donc susceptibles de troubler l'ordre public". Si la relation de cause à effet que la formule sous-entend reste à prouver, elle s'inscrit manifestement dans un emploi extensif et par conséquent abusif de la notion de "troubles à l'ordre public" qui permet aujourd'hui d'interdire à discrétion à peu près tout ce qu'on veut sans avoir à justifier en aucune façon l'atteinte aux libertés qui s'ensuit (cf. http://geopolis.over-blog.net/article-4343118.html). C'est un peu comme l'usage extensif du "devoir de réserve" dans l'administration qui fait très opportunément taire les critiques et empêche la dénonciation d'abus flagrants...

Le mot qui revient comme un leitmotiv est cependant celui de "discrimination". La Haute Autorité de lutte contre les discriminations ou HALDE ("autoto" n'est pas très euphonique mais l'administration française adore ce genre de noms ronflants) s'était déjà "émue" de l'affaire, nous dit-on, non pas par compassion pour le sort de ces discriminés parmi les discriminés que sont les pauvres français dans la rue - ceux-là il faut bien le dire, à peu près tout le monde s'en tape - mais pour dénoncer l'aspect prétendument discriminatoire de la soupe au lard. Comment une soupe peut-elle être discriminatoire sui generis, je me demande. L'injustice c'est plutôt d'être privé de soupe, et la véritable discrimination est entre ceux qui mangent à leur faim tous les jours et ceux qui ne mangent qu'au petit bonheur la chance, ceux qui ont les moyens de s'approvisionner chez le charcutier et ceux à qui cela est interdit. Mais voilà, horresco referens : il y avait du cochon dans la soupe !

Les propos du maire de Paris (PS), du maire d'une ville riche où fleurissent les épiceries de luxe et qui ne nourrit pas ses pauvres, sont à leur manière assez édifiants. Dès 2004, le conseil municipal réclamait "que soit mis un terme à des initiatives aussi contestables". Nourrir les pauvres, contestable ? Le maire parlait récemment d'"initiative aux relents xénophobes". Serait-ce que la soupe n'est pas bonne ? La viande avariée ? Des relents rances... Pourtant aucun de ceux qui en ont goûté ne semble s'être plaint de la soupe. Aucun n'en est mort ! Le problème n'est pas là. Se félicitant de la décision du Conseil d'Etat, M. Delanoë crache le morceau : "Cette décision établit clairement la dimension discriminatoire d'une telle opération dont sont exclues, de fait, les personnes de confession juive et musulmane". La belle affaire !

On pourrait d'abord remarquer que la soupe en cause est destinée à des personnes qui sont elles-mêmes exclues. Que, nonobstant la précarité de leur situation matérielle, elles n'en restent pas moins des personnes humaines, dignes à ce titre de considération comme vous et moi. Et que la moindre des choses serait de les consulter sur ce qu'elles préfèrent manger. Mais celà, nos Messieurs n'y ont pas pensé.

On pourrait aussi faire remarquer qu'il manque beaucoup de catégories à la liste des personnes que cette très épouvantable, perfide et cruelle soupe discrimine : les bouddhistes, les végétariens, les allergiques, ceux qui n'aiment pas le porc, le chou, les carottes ou autres ingrédients de la soupe, enfin tous ceux qui n'ont pas spécialement faim. Un monde fou !

Mais surtout l'assertion selon laquelle seraient exclues, "de fait, les personnes de confession juive et musulmane" est parfaitement absurde. Il est vrai que parmi les nombreux interdits de la loi mosaïque figure la consommation de viande de porc (Lévitique 11, 7). C'est d'ailleurs loin d'être le seul : le lièvre et le lapin sont considérés tout aussi impurs, de même que l'anguille, les crustacés, la grenouille, etc. Il est aussi formellement défendu de mélanger dans une préparation culinaire et même de mettre en un même plat, de la viande et du lait (Exode 23, 19). En revanche sont licites les viandes de "ruminants aux pieds fourchus", celles de poissons avec nageoires et écailles, et les sauterelles. Mais ces prescriptions ne valent que pour les pratiquants rigoristes, non pas pour "les juifs". Parce qu'en réalité, beaucoup d'entre eux mangent de tout sans se soucier le moins du monde des croyances et des usages des nomades du désert du Sinaï d'il y a 3000 ans et quelque.

L'interdit sur le porc tient peut-être en partie au fait que sa viande se conserve mal dans les climats chauds et que les Hébreux d'alors ne connaissaient pas la salaison qui permet justement de lui assurer une longue conservation. Dans l'Europe d'aujourd'hui, ce mode de prophylaxie pour éviter la trichinose n'a guère de sens. Pour les musulmans, qui reprennent à leur compte les interdits bibliques, le porc est impur parce qu'omnivore. Il y a toujours l'idée qu'il pourrait boulotter un cadavre, chose assez répugnante et taboue. Mais là encore, cela ne correspond nullement aux élevages modernes, puisque dans nos contrées du moins on ne laisse pas les animaux se promener dans les décharges. Peu importe en fait, il s'agit de religion. Ceci étant, si on ne mange pas de porc dans certains pays musulmans, puisqu'on n'en trouve tout simplement pas à la vente, dans d'autres ce n'est pas du tout le cas. Demandez donc à un Ouïghour si des rondelles de kalbaça (le saucisson russe) avec un verre de gnôle, ça se refuse !

Les juifs et les musulmans à la rue, s'il s'en trouve, ne sont-ils pas majeurs et vaccinés ? Ne sont-ils pas à même de faire jouer leur libre arbitre pour décider eux-mêmes s'ils respectent les interdits de leur tradition religieuse ou s'ils s'en moquent ? Alors depuis quand un Etat laïc se mêle-t-il d'imposer la stricte observance de prescriptions purement religieuses ? Depuis quand l'Etat français est-il le gardien de l'intégrisme loubavitch ou de celui des frères musulmans ?

Que je sache, la soupe de SDF n'était pas obligatoire. Ce qui eût été malhonnête, ç'aurait été de servir du lard sans le dire. Ce qui est malhonnête, c'est de servir des ingrédients réputés impurs en les faisant passer pour casher ou hallal. Mais avec la "soupe au cochon", il n'y avait aucune ambiguïté. En attendant, les miséreux français qui ne sont ni juifs ni musulmans devront se contenter de soupe claire et de sachets lyophilisés, pendant que nos Messieurs mangent ce qu'ils veulent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélusine - dans France
commenter cet article

commentaires

Rapetout 16/04/2007 03:27

"L'interdit sur le porc tient peut-être en partie au fait que sa viande se conserve mal dans les climats chauds et que les Hébreux d'alors ne connaissaient pas la salaison"Raison bidon proférée par les ignorants fiers de l'être et qui veulent le rester envers et contre toute évidence. Les Mélanésiens et les Polynésiens, de même que les Papous, élèvent tous le cochon. Et Tahiti c'est un pays où on se les gèle, c'est bien connu. Fidji aussi, et la Papouasie-Nouvelle Guinée itou, n'est-ce pas? Ah! C'est qu'ils devaient connaître la salaison! Eh bien non justement, ils ne la connaissaient pas. Alors vous pouvez conseiller de remballer leur déblatérage à ces foireux qui voudraient faire un choix rationnel de l'interdit sur le porc. D'ailleurs, qu'est-ce qu'on bouffe depuis toujours à Bali? Du cochon! A cause du climat peut-être? Ou à cause que Bali a été épargné par la peste verte qui a emporté Java? La prochaine fois que vous passerez à Bali, louez un taxi et dites au chauffeur: "Ke Gianyar, di-pasar, makan babi guling." (À Gianyar, au marché, pour manger du cochon à la broche). Et payez-lui, en pourboire, une part de babi guling arrosée d'une Bintang. (Gianyar est connu pour être l'endroit où l'on mange le meilleur babi guling)

Mélusine 16/04/2007 16:37

Si on se gèle à Tahiti, je ne suis pas allée voir !
En tous cas, Polynésie et Mélanésie sont dans le prolongement de l'Eurasie et partagent cette culture du cochon dont l'aire de diffusion est effectivement très vaste et qui s'oppose à la culture sémitique anti-cochon.
Quant à savoir pourquoi l'animal est tabou dans l'aire sémitique... C'est toujours délicat d'avancer des causes matérielles aux rites ou aux interdits religieux. Et cependant tout est lié. Le caractère omnivore du cochon est une des explications avancées ; sa proximité génétique avec l'homme aussi (mais alors il faut croire qu'elle était pressentie avant l'ère de la génétique...) et les maladies mortelles que provoque effectivement la consommation de porc avarié en est une autre. Le rapport avec le climat... Ce n'est qu'une hypothèse. Toujours est-il que le climat de Papeete n'est pas du tout le même que celui du désert de la péninsule arabique !
Et comme disait l'Autre, je sais que je ne sais rien.

arnaud 11/03/2007 12:31

J'ai ouvert un blog politique sur http://desirsdavenir86000.over-blog.net/ alors venez le voir et dite ce que vous en penser dans les commentaires pour que je l'ameliore, merci d'avance!!!!

Mélusine 11/03/2007 16:52

Je crois avoir déjà dit ce que je pense du programme du Parti socialiste, cf. http://geopolis.over-blog.net/article-3464782.htmlhttp://geopolis.over-blog.net/article-3465016.htmlhttp://geopolis.over-blog.net/article-3465258.htmlhttp://geopolis.over-blog.net/article-3465277.html

MSR 22/02/2007 23:15

Bon ben....  : Joyeuse année à nouveau alors !

Mélusine 24/02/2007 22:01

Ah oui, merci, et réciproquement ! Je me disais justement qu'il faudrait que je termine le texte...