Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Géopolis
  • : Géopolis est consacré à la géopolitique et à la géostratégie : comprendre la politique internationale et en prévoir les évolutions, les conflits présents et à venir, tel est le propos, rien moins !
  • Contact

Profil

  • Mélusine

Géopolis

Par ces temps troublés, l'actualité géopolitique inquiète et déconcerte. Les clefs nous manquent souvent pour en appréhender les facteurs d'évolution décisifs. Et en cette matière, les médias communs informent à peu près aussi mal qu'ils sont mal informés. On nous parle beaucoup de "mondialisation", mais la compréhension des désordres mondiaux n'en paraît pas tellement meilleure et les désordres eux-mêmes persistent, redoublent même... Bien sûr, Géopolis n'a pas la prétention de tout savoir et de tout expliquer. Nous tenterons simplement ici avec ceux qui voudront bien nous rejoindre de contribuer à la réflexion, d'éclairer certaines questions d'actualité en apportant des informations passées inaperçues ou des témoignages de première main, et aussi de prendre un peu de distance pour ne pas trop nous laisser impressionner par l'impact immédiat des événements. A qui s'adresse Géopolis ? A nous tous, simples citoyens, parce qu'en nos pays réputés démocratiques, nous sommes à l'origine de choix cruciaux : par le vote, c'est nous qui portons au pouvoir des hommes dont les décisions (ou les indécisions) feront le monde de demain, les guerres, la vie et la mort des pays et des peuples... C'est bien sérieux tout ça ! - Oui, le sujet est sérieux, mais les manières de l'aborder peuvent ne pas l'être toujours. Il sera donc aussi question de traités d'art militaire, de la formation des chefs d'Etat, de romans d'espionnage ou de cinéma...

Recherche

30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 22:01
On nous parle beaucoup de la diffusion de l'Islam en France, parfois pour s'en inquiéter, plus souvent pour applaudir à cette supposée "religion de paix" et nous annoncer le début du ramadan à grand renfort de tambours médiatiques. La question est, bien entendu, le corollaire de celle plus large des vagues de migrations que connaît l'Occident depuis quelques décennies et des bouleversements culturels qui en résultent. Or, c'est réduire le multiculturalisme à l'Islam, qui n'est pourtant pas la seule religion nouvellement venue. D'autres, plus discrètement pour l'heure mais de façon non moins effective, prennent aussi pied chez nous.

Depuis 1985, le dieu hindou Ganesha a son temple à Paris, au 72 de la rue Philippe de Girard dans le 18e arrondissement. Aujourd'hui 30 août 2009 était sa fête (http://www.templeganesh.fr/fetegan.htm). Les Tamouls parisiens, une communauté nombreuse bien connue des restaurateurs qui les emploient en cuisines à bas prix quelque soit la spécialité du restaurant..., ont donc promené dans les rues pavoisées du quartier deux chars fleuris portant les statues cultuelles, entourés de danseurs, porteurs d'offrandes et musiciens, le tout dans un grand chamarrage de guirlandes et de femmes en leurs plus beaux saris. Ganesha est un dieu à tête d'éléphant fort sympathique qui porte chance et aime bien les friandises. Ma foi, s'il fallait vraiment se faire autres que nous sommes, je m'en ferais volontiers sectatrice, ce qui ne me changerait pas beaucoup d'ailleurs ! Comprenne qui pourra.

d'Amour et de Paix
Repost 0
Published by Mélusine - dans Religion
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 00:15
Changement de décor. Me voici dans les Flandres, à Lille et sous le charme. Le charme des brumes et du froid sec. Le charme des hommes du Nord et de leur gentillesse.

Lille, l'horloge, vue de la Grand Place au crépuscule
(oui, c'est mon goût pour les photos sombres qui me reprend !)

Je m'en suis allée promener du côté de l'église Saint-Maurice pour voir de jolies choses gothiques et de la belle peinture. Las ! Les peintures classiques étaient dans la pénombre et tout l'éclairage concentré sur une photo d'icône et une autre de croix peinte italienne, collée sur bois en guise de crucifix ! C'est malheureux, tout de même.

Pauvre église. Il y a aussi le coin jeux, avec ses petites chaises, ses petits tabourets, sa petite table et les feutres de couleur posés dessus. Sur un chevalet, le dessin inachevé d'un Christ en croix tout rouge en gribouillis d'enfant. A deux pas du chœur ! D'aucuns doivent sans doute trouver cela attendrissant que les enfants "expriment leur créativité" pendant la messe. Moi, ça me consterne. Peut-être faut-il rappeler aux amateurs d'icônes, que l'on ne s'attaque à peindre l'image du Sauveur que lorsqu'on a la pleine maîtrise de cet art. C'était le quart d'heure grognon !

Eglise Saint-Maurice, le coin jeux...

*
Dans la même veine, il me revient un petit poème en prose de ma composition, au retour d'un mariage à Thionville :

Expérience de la déchristianisation de notre siècle dans une église lorraine, un jour de mariage

Machinalement, je cherche des yeux un crucifix. Je cherche un crucifix et n'en vois pas. Nous sommes pourtant dans une église, une église chrétienne bien sûr, catholique de surcroît. Il y a seulement ce rouleau suspendu au-dessus de l'autel, un rectangle de tissu entre deux baguettes, peint d'un lever de soleil façon calendrier chinois, sur lequel se découpe une forme blanche et vide, simple silhouette flottant les bras en V, fantômas !

Comme le chantait Serge Lama : De vos prêtres il faut vous méfier !

Repost 0
Published by Mélusine - dans Religion
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 20:06
Seul est un catholique accompli celui qui élève la cathédrale de son âme sur des cryptes païennes.
Nicolas Gomez Davila

Pagano-christianisme, le terme laissera sans doute dubitatif, mais est-il plus ridicule ou plus faux que ce "judéo-christianisme" dont on nous rebat les oreilles au point de laisser croire à un nombre croissant de catholiques qu'ils seraient judéo-quelquechose ? Des judéo-christianismes ont existé, certes, comme le courant nazaréen, considéré dès la fin du Ier siècle de l'ère chrétienne comme hérétique ("synagogue de Satan" dit l'Apocalypse de saint Jean, 2, 9). Ils ont resurgi à partir du XVIe siècle avec les sectes protestantes qu'on peut effectivement considérer judéo-chrétiennes. Mais pour les Catholiques comme pour les Orthodoxes qui se respectent, cela porte un nom : hérésie. Et l'hérésie, par définition, ce n'est pas catholique.

Pourtant, certaines déclarations récentes des Souverains Pontifes laissent planer une ambiguïté et semblent même, par quelques phrases appuyées (et spécialement médiatisées), balayer vingt siècles de tradition catholique en la matière. Je pense tout particulièrement au pape Jean-Paul II parlant des Juifs comme de "nos frères aînés dans la foi" (13 avril 1986, lors de sa visite à la synagogue de Rome), ou à la brève allocution prononcée récemment par Benoît XVI à Paris devant les représentants de la communauté juive (12 septembre 2008). Le Saint Père y atténue d'ailleurs discrètement la formule de son prédécesseur en "frères aimés dans la foi", car l'idée d'une aînesse du Judaïsme est, comme il le sait certainement, tout à fait contraire à la tradition. A cet égard, la lecture chrétienne du récit biblique d'Esaü vendant son droit d'aînesse à son cadet Jacob pour un plat de lentilles (Genèse, 27) est très claire, de même que celle de la bénédiction par Jacob des deux fils de Joseph à la fin de la Genèse (48, 1-22), où l'on voit le patriarche croiser les mains pour intervertir l'ordre de primogéniture. Elle s'accorde d'ailleurs au fait historique, puisque la naissance du Judaïsme tel qu'il existe aujourd'hui est postérieure à celle du Christianisme, et non l'inverse. Succédant à la religion du Temple de Jérusalem, disparue lors de sa destruction par les Romains en 70 de notre ère, cette nouvelle religion dite rabbinisme ne s'est élaborée qu'entre le IIe et le VIe siècles.

Tout au plus peut-on parler d'un corpus de textes, dit Ancien Testament ou Torah, que revendiquent partiellement l'une et l'autre religion - et encore ces textes sont-ils interprétés de façon complètement différente. En tous cas, le rabbinisme ou Judaïsme au sens moderne repose en grande partie sur le Talmud, avec lequel le Christianisme n'a strictement rien en commun et qui est d'ailleurs violemment anti-chrétien. Bref, dans le discours du Saint Père au collège des Bernardins en ce 12 septembre, par ailleurs d'une grande profondeur spirituelle, la formule qui voudrait que saint Paul se situa "dans la tradition commune du rabbinisme" est malencontreuse : saint Paul comme le Christianisme ont l'antériorité.

Mais il y a plus. Ce qui étonne dans les travaux de l'exégèse chrétienne contemporaine, c'est la part faite aux sources judaïques. Non pas qu'elles soient en elles-mêmes dépourvues d'importance ou d'intérêt pour la tradition catholique, ainsi Le Christ hébreu de Claude Tresmontant (1983) ou Jérusalem ressuscitée - La Bible hébraïque et l'évangile de Jean à l'épreuve de l'archéologie nouvelle de Jacqueline Genot-Bismuth (2000). Mais du fait que cette part est absolue et ne laisse place à rien d'autre. Or il serait abusif de voir dans la religion du Temple ou dans la religion des Hébreux anciens la seule et unique source d'où procèderait le Christianisme. C'est faire peu de cas de sa nouveauté irréductible, autrement dit du Christ lui-même. Et c'est aussi escamoter la possibilité, ou osons le dire, la réalité de sources païennes. Faut-il rappeler que Notre Seigneur est né dans l'Empire romain ? Qu'il est né dans la partie de langue grecque de cet Empire ? La sphère d'expansion de la culture hellénistique englobait la Judée depuis le temps d'Alexandre le Grand. Pour le contexte de la naissance du Christianisme, ce n'est pas rien. Benoît XVI lui-même insistait justement là-dessus dans son discours de Ratisbonne le 12 septembre 2006, ce même discours qui soulignait l'aporie du dialogue des religions. Cf. Benoît XVI, Manuel Paléologue et l'Islam : dialogue des religions  et Benoît XVI et l'Islam .

Qui plus est, sans culture gréco-romaine, autrement dit sans culture païenne, des pans entiers des Evangiles restent incompréhensibles. Prenons un petit exemple : l'éponge vinaigrée qu'un soldat romain tend au Christ sur la croix. Curieux, n'est-ce pas, cette histoire de vinaigre ? Sadique même, à première vue. Les spécialistes de l'armée romaine vous diront qu'il s'agissait en fait de vin aigrelet, la piquette du paquetage du soldat romain, sa boisson règlementaire, ce qu'il avait pour se désaltérer. Le Romain s'est donc montré charitable. De même, cet épisode clef du récit de la Passion qu'est la rencontre avec Pilate ne présuppose-t-il pas en arrière-plan toute la tradition des philosophes grecs ?

Mais évoquer des sources païennes, cela prête à sourire. Ça fait moins sérieux que de parler de sources juives. Et pourquoi ? On a un peu vite oublié que, depuis les premiers Pères de l'Eglise, la tradition catholique met en parallèle les prophètes hébreux et les sibylles païennes qui, elles-aussi, ont annoncé le Sauveur du monde. On a oublié que l'Ancien Testament doit se lire et se comprendre comme annonce et préfigure du Christ et de l'Eglise. C'est parfois à se demander si les Catholiques savent encore lire la Bible en catholiques et s'ils comprennent le sens chrétien de ce qu'ils lisent... On a enfin oublié que le Christianisme n'est pas que "religion du Livre", mais aussi religion de l'icône, culte des reliques et communion des saints, toutes choses qui n'ont rien de juif, bien au contraire. Pour s'en tenir aux questions d'exégèse, il y aurait encore bien des choses à creuser, à redécouvrir du côté du paganisme. Que l'on pense à l'œuvre controversée de l'ethnologue Gavriil Ksenofontov, exécuté sous Staline (Chamanisme et Christianisme, 1929), ou à tous ces saints "populaires" aujourd'hui rélégués avec condescendance du côté du folklore païen, et qui sont pourtant parfaitement et dignement catholiques, et bons antidotes contre les hérésies modernes.

Pour moi, je peux me tromper, mais je crois aux Madones qui pleurent et aux crucifix qui gouttent le sang. Et j'ai grande dévotion pour saint Georges, sainte Marguerite, sainte Catherine philosophe, sainte Agnès romaine, et bien d'autres. Certes, ce n'est pas judaïque, mais je ne vois pas pourquoi ce serait risible ou de moindre valeur puisque c'est authentiquement catholique. Surtout, surtout, qu'est-ce que Rome ? Qu'est-ce qui fonde l'autorité du Souverain Pontife ? Dites un peu.
Repost 0
Published by Mélusine - dans Religion
commenter cet article
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 21:53

Depuis le 15 février 2004, l'Antarctique a son église, une église orthodoxe à l'invocation de la Sainte Trinité, construite en rondins sur la station russe de Bellingshausen par un ancien explorateur, le père Georgui. Elle dépend directement du monastère de la Trinité-Saint-Serge de Moscou et on peut même y faire des mariages avec pingouins...


La Terre est belle. Merci à RIA Novosti pour ces superbes photos, Cf. http://fr.rian.ru/photolents/20070330/62830634.html Pour la version roman noir avec enterrement de première classe : Le pingouin d'Andreï Kourkov (ceux qui l'ont lu comprendront).

Allez, allez. A la messe !
Repost 0
Published by Mélusine - dans Religion
commenter cet article
16 septembre 2006 6 16 /09 /septembre /2006 19:59
Nouvel exemple de l'effet papillon (cf. ici même : http://geopolis.over-blog.net/article-1900943.html), l'amplification donnée aux propos sur l'Islam du pape Benoît XVI rappelle l'affaire des caricatures danoises (cf. http://geopolis.over-blog.net/article-1901435.html).

Le pape s'est pourtant contenté d'une citation tirée d'une oeuvre clef du dialogue inter-religieux, ces Entretiens de l'empereur Manuel Paléologue avec un musulman dont j'ai parlé précédemment. De plus, il s'adressait à un public d'universitaires chrétiens exclusivement, et non aux musulmans. On voit mal enfin comment le chef de l'Eglise de Rome pourrait penser autrement. On ne peut quand même pas attendre de lui une apologie de l'Islam !

Mais le plus significatif dans cette affaire qui ne fait sans doute que commencer, est l'absence de tout interlocuteur musulman de la trempe de Benoît XVI. Manifestement les imams de l'université d'Al-Azhar en Egypte et autres qu'on nous présente comme des savants de l'Islam sont incapables d'argumenter et de répondre sur le fond. Les protestations faussement indignées et les menaces à peine voilées cachent mal l'incapacité intellectuelle de ces docteurs de l'Islam. Ou alors, qu'on m'en trouve un qui puisse répondre !

En s'inspirant de la démarche de Manuel Paléologue, Benoît XVI s'est pourtant d'emblée placé dans la situation de la controverse théologique et du dialogue respectueux. Manuel avait parlé au milieu des musulmans et, bien que chacun eût campé sur ses positions, les échanges étaient restés courtois. Au Moyen Age, ce genre de controverse religieuse était un spectacle public très couru tant côté chrétien que musulman. Il semble qu'aujourd'hui le dialogue entre Islam et Christianisme a vécu.

Les responsables musulmans qui s'indignent des propos du pape, non seulement lui refusent le respect qu'ils exigent pour eux-mêmes, mais manifestent un refus absolu de tout dialogue avec les non-musulmans. Car dialoguer suppose d'admettre au préalable que l'autre puisse penser différemment de soi-même. S'il est bien évident que de tels échanges, qui se placent à un niveau intellectuel des plus élevés, sont incompréhensibles du fidèle de base, il semble que dans l'Islam d'aujourd'hui même les imams n'ont pas les connaissances théologiques et la finesse d'esprit nécessaires pour y prendre part.

On est loin du lettré de Bagdad... Car Manuel Paléologue, au XIVe siècle, avait, lui, trouvé un interlocuteur à sa mesure.
Repost 0
Published by Mélusine - dans Religion
commenter cet article
15 septembre 2006 5 15 /09 /septembre /2006 19:26
Cet article pourrait aussi s'intituler "Le pape, l'empereur chrétien et le djihad" ou encore "Rome et Constantinople contre Bagdad"...

Revenons d'abord sur quelques extraits d'un discours sur la Foi et la Raison prononcé par Benoît XVI devant l'université de Ratisbonne le 12 septembre dernier. Selon l'agence Associated Press, le Saint Père y a fait des références inhabituelles au djihad ou guerre sainte, un concept utilisé par les militants extrémistes islamistes pour justifier leurs attaques en Occident.

"La violence est incompatible avec la nature de Dieu et la nature de l'esprit", a déclaré le pape. Foi et Raison restent essentielles pour "ce dialogue sincère des cultures et des religions si urgent aujourd'hui".

Toujours selon AP, le pape a cité des passages d'un livre rendant compte d'une conversation entre un empereur byzantin du XIVe siècle, Manuel Paleologos II, et un "Perse" cultivé, sur les vérités du Christianisme et de l'Islam. "L'empereur est venu parler de la question de la guerre sainte", a déclaré le pape et citant un passage du livre "[Manuel II] a dit : montre-moi ce que Mahomet a apporté de nouveau, et tu ne trouveras que des choses diaboliques et inhumaines, comme son ordre de diffuser par l'épée la foi qu'il prêche". "L'empereur a continué en expliquant en détail les raisons pour lesquels diffuser la foi par la violence est quelque chose de déraisonnable", a poursuivi le souverain pontife.

Eh bien, il se trouve que le livre auquel se réfère le Saint Père... je l'avais acheté il y a un mois ! Quelle prescience !

Il s'agit des Entretiens de l'empereur Manuel Paléologue avec un musulman dont une partie a été publiée aux Editions du Cerf, cf. Manuel II Paléologue, Entretiens avec un musulman : 7e controverse, éd. par T. Khoury, Paris, 1966 (collection 'Sources chrétiennes', n° 115). L'ouvrage est encore disponible.

Manuel II Paléologue (1350-1425), un des derniers empereurs byzantins - et un de mes préférés, - était un homme intelligent et fort savant. Il vécut à une époque dramatique puisque l'empire grec était déjà à l'agonie du fait de l'invasion des Turcs (il y succombera en 1453). Ses entretiens avec un lettré musulman venu de Bagdad datent des mois qui précèdent son avènement au trône de Constantinople en 1391 alors qu'il hivernait avec ses troupes à Ancyre (aujourd'hui Ankara). Ils durèrent plusieurs jours en présence de nombreux auditeurs musulmans. La rédaction définitive eut lieu vers 1400 à Constantinople alors que la ville subissait un blocus des Turcs.

L'ouvrage est exemplaire des tentatives de dialogue religieux entre Christianisme et Islam, et de leur échec malgré l'ouverture d'esprit et la bonne volonté des deux interlocuteurs. Dans le cours de la controverse, Manuel II adresse deux reproches principaux à la loi de Mahomet, d'une part son retour pour l'essentiel aux prescriptions de la Loi juive, de l'autre le caractère déraisonnable de la loi du djihad ou guerre sainte.

Pour résumer (cf. le commentaire de Théodore Khoury, p. 107), le djihad est le moyen préconisé par le Coran pour assurer l'expansion de la religion d'Allah. Nul droit ne peut prévaloir contre le droit d'Allah à l'obéissance des hommes. Ceux qui se convertissent sont intégrés à la communauté et acquièrent les privilèges et les devoirs des croyants, y compris le devoir de guerre sainte. Ceux qui ne se convertissent pas, s'ils sont juifs, chrétiens ou zoroastriens, devront payer tribut et se contenter d'une condition inférieure (dhimmi), et s'ils ne le sont pas (payens ou athés), seront tués ou réduits en esclavage. Ainsi la loi du djihad doit-elle assurer la prédominance de la religion d'Allah.

C'est précisément cette loi de la guerre sainte qui est jugée déraisonnable par l'empereur Manuel, et même blasphématoire. La foi, argumente-t-il, est un fruit de l'âme. Seule la 'pensée juste' peut y amener et non point la contrainte et la violence corporelle. Une loi qui ferait des armes et de la guerre l'instrument de la propagation de la foi ne saurait être bonne. Elle est contraire à la sagesse divine.

D'autre part, la loi de Mahomet est un retour au Judaïsme (loi du talion, interdits alimentaires, polygamie, répudiation, circoncision). Elle ne retient en outre des lois juives que ce qui est facile, et en celà même, les défigure.

La 7e controverse examine plus particulièrement cette Loi de Mahomet qu'est l'Islam. Mais citons l'empereur :

"Dieu ne saurait se plaire dans le sang... [p. 145] La foi est un fruit de l'âme, non du corps. Celui donc qui entend amener quelqu'un à la foi a besoin de parole habile et d'une pensée juste, non de violence ni de menace, ni de quelque instrument blessant ou effrayant. Car de même que, quand il est besoin de contraindre une nature non raisonnable, on n'aurait pas recours à la persuasion, de même pour persuader une âme raisonnable, on ne saurait recourir à la force du bras, ni au fouet, ni à aucune autre menace de mort."
"Nul ne saurait prétendre que, s'il use de violence, c'est malgré lui et par un ordre de Dieu..."

"S'il se trouve que Mahomet ait ajouté quelque chose à la Loi de Moïse, aussitôt tu appelles cela Loi. Et tu ne te contentes pas qu'on te passe de parler ainsi, mais tu exiges qu'on préfère cette Loi à celles qui l'ont précédée. En vertu de quoi ?"
"Une des propriétés de la Loi, c'est d'établir des prescriptions nouvelles agréables à Dieu. La vôtre se vante de prescriptions empruntées. Si l'on élaguait les articles plus anciens, elle ne différerait en rien du geai de la fable (d'après Esope, cf. La Fontaine, 'Le geai paré des plumes du paon') : on lui prêta des plumes de toute sorte, puis on les lui ôta, et le voilà redevenu geai !"
"S'il en est ainsi, tout le monde jugera inférieure à celle des juifs votre Loi - appelons-la Loi, en attendant, pour te faire plaisir. Et si elle lui est inférieure, elle l'est bien plus à la Loi du Christ, laquelle, de votre aveu et de l'aveu de tous, l'emporte surabondamment sur celle des juifs."
"Je parlai ainsi. Il se fit un silence assez long..."
Le "Perse" répond [l'interlocuteur musulman n'est pas perse, mais le savant empereur emploie les noms antiques] (p. 149) : "J'ai dit, je dis et je dirai que belle et bonne est la Loi du Christ et bien meilleure que la Loi plus ancienne [juive], mais que supérieure aux deux est la mienne", etc.

Plus loin l'empereur reprend (p. 191) : "Comment est-il vrai, à ce que tu affirmes, que la Loi de Mahomet s'accorde avec la nôtre ? Qu'a-t-elle de commun avec elle ? ...Pour moi, c'est tout le contraire que je vois. Tu t'abuses : ta Loi s'oppose indubitablement à la nôtre et se rapproche de celle de Moïse."
(p. 197) "Les articles de l'ancienne Loi que le Sauveur a pour ainsi dire abrogés en les transformant de corporels qu'ils étaient en plus divins et spirituels, Mahomet, lui, les a retenus." [aliments impurs, en particulier la viande de porc, polygamie, loi du talion, etc.]

"Je crains d'avoir l'air de verser de l'eau dans un tonneau percé", dit encore l'empereur Manuel à propos du dialogue qui se poursuit...

Le plus intéressant dans cette affaire est sans doute l'ouverture du pape Benoît XVI, son attention, sa communion pourrait-on dire, et sa connaissance... des orthodoxes.

Pour l'intégral du discours du pape, voir :
www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/speeches/2006/september/documents/hf_ben-xvi_spe_20060912_university-regensburg_en.html
Repost 0
Published by Mélusine - dans Religion
commenter cet article
28 mars 2006 2 28 /03 /mars /2006 23:37

Un peu d’Histoire.

Nous reproduisons ci-après (et en VO) un article paru dans un magazine anglo-saxon où il est question de la controverse artificiellement entretenue sur l’attitude du pape Pie XII lors de la Seconde Guerre Mondiale, sous le titre : Des chercheurs font table rase des atteintes à la réputation du pape Pie XII / Scholars demolish attack on Pius XII’s reputation.

« – U.S. scholars have been examining why, and by whom, the reputation of Pope Pius XII has been blackened. And most of the responsibility lies, it now seems, with liberal Catholics. In 2000 Professor Ronald Rychlak of Mississippi University exposed how John Cornwell’s book, ‘Hitler’s Pope’, seriously distorted the truth on point after point. He concluded : « Cornwell decided that the easiest way to attack the Pope of today was to denigrate Pius XII. »

Pobert P. George, a law professor at Princeton University agrees. He wrote : « Anti-Catholic bigots and anti-papal Catholics have a large stake in preserving the myth that Pius XII was ‘Hitler’s Pope’. » Books attacking Pius have been written by James Carroll (ex-priest), John Cornwell and Gary Wills (ex-student priests), Daniel Goldhagen, Michael Phayer and Susan Zucotti, all Catholics bar Goldhagen.

Last year an American rabbi, David Dalin, in ‘The Myth of Hitler’s Pope’, claimed that the media were using the defamation of Pius in an attempt to discredit Catholicism, as part of today’s culture wars. « Few of the many recent books about Pius XII and the Holocaust are actually about Pius XII and the Holocaust », wrote the rabbi. He added : « The Holocaust is simply the biggest club available for liberal Catholics to use against traditional Catholics in their attempt to bash the papacy and to smash traditional Catholic teaching ».

Two new scholarly books have now completely demolished claims that Pius XII was in any way a friend of the Nazis. According to one reviewer, « they meticulously re-examine the charges » against Pius and, « taken together, absolutely decimate the attacks on his reputation ». They also show why Pius was greatly admired, and why novelist Graham Greene, for example, believed that as a pope « he will rank among the greatest ».

At his death in 1958 Jews everywhere paid immense tribute to him, particularly for his role in saving more than 500.000 Jews from the Nazis. Rabbi Dalin noted that neither Cornwell nor Zuccotti mentions that 3.000 Jews were sheltered at the Pope’s summer residence. « Yet at no other site in Nazi-occupied Europe were as many Jews saved and sheltered for as long as at Castel Gandolfo », he said. Jewish children were even born in the Pope’s apartments.

In 1944 Rome’s Jews came to thank the Pope for the protection he had given them. Pius replied : « For centuries, Jews have been unjustly treated and despised. It is time they were treated with justice and humanity. God wills it and the Church wills it ».

Professor Ronald Rychlak is author of ‘Righteous Gentiles : How Pius XII and the Catholic Church Saved Half a Million Jews From the Nazis’. He agrees with Dalin that Pius should be honoured as a ‘Righteous Gentile’ [en fr. ‘Juste parmi les Nations’]. ‘Pius XII, the Holocaust and the Revisionists’, is a collection of essays edited by Patrick Gallo. – »

Extrait de ‘Alive !’, n° 110, février 2006.

Repost 0
Published by Alive - dans Religion
commenter cet article
17 février 2006 5 17 /02 /février /2006 00:57

Au départ de l'affaire des caricatures de Mahomet, il y a comme on sait, la publication le 30 septembre 2005 de 12 dessins assez anodins sous le titre "Les douze visages de Mahomet" dans le quotidien danois libéral Jyllands-Posten.

Quatre mois plus tard, c'est la consternation : manifestations, émeutes, boycott des produits danois, meurtres de chrétiens [déjà 50 morts au Nigéria, 21/02/2006] et pillages d'ambassades. Les protestations violentes font le tour des pays musulmans - ou à forte minorité musulmane - comme une traînée de poudre, Afghanistan, Algérie, Inde, Indonésie, Irak, Iran, Liban, Somalie, Syrie, Thaïlande, Territoires palestiniens...

Est-ce encore un exemple de l'effet papillon cher aux météorologistes ? Dans ce cas précis, le rapport de cause à effet paraît plus simple à établir que dans l'explication des phénomènes atmosphériques complexes. Et le lien de causalité a même un nom : Ahmed Abdel Rahman Abu Laban. Ce personnage est un imam palestinien d'une soixantaine d'années installé à Copenhague depuis 1993 et qui depuis quelque temps avait les faveurs des médias danois, la télévision notamment, où il était présenté comme un représentant de la communauté musulmane au Danemark et où il passait pour modéré...

Il semble en réalité qu'il maintienne des liens étroits avec les frères musulmans de la Jamaa Islamiya, dont il diffuse les publications, et avec le mouvement jihadiste tendance al Zawahiri (cf. reportage de la télévision danoise DR, 3 février 2006). Toujours est-il que notre aimable imam organise aux mois d'octobre-novembre 2005 une tournée des pays musulmans (l'Egypte pour commencer, puis le Maroc, la Jordanie, l'Arabie Saoudite, le Pakistan) dans l'intention affichée, je cite en traduction : "d'internationaliser la question de sorte que le gouvernement danois comprenne bien que les caricatures ne sont pas seulement insultantes pour les musulmans du Danemark mais pour tous les musulmans du monde".

A ses interlocuteurs de la Ligue arabe, de l'université Al-Azhar et autres dignitaires religieux, il présente une brochure de 15 (et non 12) caricatures. Or, les trois caricatures supplémentaires du prophète (ou prétenduement du prophète...), beaucoup plus choquantes pour les fidèles musulmans puisqu'elles présentent celui-ci avec une tête de porc dans 2 cas et pratiquant la pédophilie (ou la zoophilie suivant les versions) dans le troisième, n'ont jamais figuré dans les pages du Jyllands-Posten et sont inconnues du journal danois. Elles ont été ajoutées par M. Abdel Rahman en personne. Deux d'entre elles sont peut-être des dessins de son cru, la troisième n'ayant en fait aucun rapport avec le prophète puisqu'il s'agit d'une mauvaise copie noir et blanc de la photo publiée par un photographe de l'agence Associated Press en août 2005 d'un des concurrents du concours de cri de cochon de Trie-sur-Baise (ça ne s'invente pas) affublé d'un groin et d'oreilles de cochon pour l'occasion...

La supercherie a beau avoir été dénoncée par la presse danoise, l'imam persiste et présente ces ajouts comme "un aperçu de l'atmosphère haineuse qui règne au Danemark à l'encontre des Musulmans" ! Bref, cela a tout d'une manipulation. Ce n'est pas le Mahomet au turban en forme de bombe du Jyllands-Posten qui a mis le feu au poudre, mais bien les images ordurières concoctées par l'imam Abdel Rahman. Il savait sans doute mieux que quiconque les associations d'idées les plus à même d'irriter ses coreligionnaires... Beau travail !

Repost 0
Published by Inès V. - dans Religion
commenter cet article