Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Géopolis
  • : Géopolis est consacré à la géopolitique et à la géostratégie : comprendre la politique internationale et en prévoir les évolutions, les conflits présents et à venir, tel est le propos, rien moins !
  • Contact

Profil

  • Mélusine

Géopolis

Par ces temps troublés, l'actualité géopolitique inquiète et déconcerte. Les clefs nous manquent souvent pour en appréhender les facteurs d'évolution décisifs. Et en cette matière, les médias communs informent à peu près aussi mal qu'ils sont mal informés. On nous parle beaucoup de "mondialisation", mais la compréhension des désordres mondiaux n'en paraît pas tellement meilleure et les désordres eux-mêmes persistent, redoublent même... Bien sûr, Géopolis n'a pas la prétention de tout savoir et de tout expliquer. Nous tenterons simplement ici avec ceux qui voudront bien nous rejoindre de contribuer à la réflexion, d'éclairer certaines questions d'actualité en apportant des informations passées inaperçues ou des témoignages de première main, et aussi de prendre un peu de distance pour ne pas trop nous laisser impressionner par l'impact immédiat des événements. A qui s'adresse Géopolis ? A nous tous, simples citoyens, parce qu'en nos pays réputés démocratiques, nous sommes à l'origine de choix cruciaux : par le vote, c'est nous qui portons au pouvoir des hommes dont les décisions (ou les indécisions) feront le monde de demain, les guerres, la vie et la mort des pays et des peuples... C'est bien sérieux tout ça ! - Oui, le sujet est sérieux, mais les manières de l'aborder peuvent ne pas l'être toujours. Il sera donc aussi question de traités d'art militaire, de la formation des chefs d'Etat, de romans d'espionnage ou de cinéma...

Recherche

25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 21:52
A la différence des guerres classiques qui se déroulaient de préférence sur un champ de bataille et opposaient entre elles des armées constituées, les guerres d'aujourd'hui ont étendu le champ des opérations militaires à des territoires entiers, villes et campagnes, des territoires essentiellement peuplés de civils. C'est le constat du général Gareev que je citais déjà ici même http://geopolis.over-blog.net/article-3687844.html : "...le conflit israélo-libanais a révélé une tendance très désagréable [...] Au cours de la première guerre mondiale, les civils avaient constitué 5% des pertes totales. La moitié pendant la Seconde Guerre mondiale [...] Pendant la guerre du Vietnam les civils représentaient déjà 95% des pertes totales. Il se trouve des théoriciens pour faire l'apologie de la guerre dite "sans engagement", quand les belligérants échangent des frappes aériennes et navales sans entrer en contact direct. Mais contre qui ces frappes sont-elles portées? Contre la population des villes, contre les sites industriels et énergétiques, les ponts, les routes, les écoles, les hôpitaux..."

Les armées d'aujourd'hui, celles du moins des grandes puissances, disposent en effet d'un large arsenal plus spécifiquement destiné à l'élimination des civils. Ce sont notamment :
  • Les bombes à sous-munitions, variante perfectionnée des bombes à fragmentation, qui saturent les environs de la cible de nombreuses petites bombes ou sous-munitions de types divers (incendiaires, avec parachute, etc.) et provoquent des destructions dans un périmètre très large. Que l'objectif initial soit seulement militaire ou bel et bien civil, le périmètre touché assure un maximum de pertes "collatérales". Ce type de bombe supprime en effet toute vie humaine dans un rayon de 150 à 300 mètres et mutile ses victimes au-delà de cette distance. De plus, une proportion importante des "bombelettes" ainsi dispersées (40% environ) n'explose pas directement au sol et se transforme alors en autant de mines. Le périmètre bombardé présente donc les mêmes dangers qu'un champ de mines, l'explosion pouvant se produire des mois ou des années plus tard. Ainsi au Laos, où ces bombes ont été utilisées pour la première fois vers 1975, on dénombre encore aujourd'hui de nouvelles victimes civiles, spécialement des enfants.
  • Les bombes à fragmentation proprement dites (Schrapnel), qui libérent des milliers d'éclats propagés à grande vitesse dans des directions aléatoires ou précises suivant l'effet désiré. Ce type de bombe explose de préférence au-dessus de la cible et son enveloppe se divise alors en une multitude de projectiles incandescents qui déchiquettent tout sur leur passage jusqu'à plusieurs centaines de mètres, à une portée qui excède largement le souffle de l'explosion elle-même.
  • Les bombes de 15.000 livres (7 tonnes), dites "faucheuses de marguerites" par l'US Air Force, qui sont également utilisées contre les populations civiles. Composées d'un mélange de nitrate d'ammonium et de poudre d'aluminium, elles provoquent lors de l'explosion une tempête de feu qui calcine tout ce qui se trouve dans un rayon de 600 mètres et consume tout l'oxygène de l'air. L'onde de choc est ressentie à plusieurs kilomètres à la ronde. Le vide créé à cette occasion fait éclater les organes internes de quiconque est à proximité. De telles bombes, les plus grandes bombes non-nucléaires existantes, ont déjà servi au Vietnam et en Irak et un modèle de 9,5 tonnes est à l'étude.
  • Les bombes incendiaires de sinistre mémoire (bombardement de Dresde en février 1945), qui exploitent les propriétés inflammables du phosphore pur ou phosphore blanc, par ailleurs un poison violent. Ces bombes au phosphore, comparables aux bombes au napalm lancées au Vietnam, sont toujours employées par l'armée américaine (Irak, mars-avril 2003 et 2004, à Falloudja) et dernièrement par Israël (Liban, 2006).
  • Les bombes thermobariques, qui contiennent des explosifs chargés de polymères ou des explosifs à explosion diffuse. Lorsqu'elle pénètre dans les bâtiments, abris souterrains ou  tunnels, l'explosion de la bombe créé un souffle tel que tout l’oxygène est aspiré des espaces et des poumons de quiconque se trouve à proximité. De telles bombes  "aspirantes" ont récemment servi contre le Liban.
  • Enfin, les obus à l'uranium appauvri, qui permettent le recyclage à moindres coûts d'un déchet de l'industrie nucléaire civile (uranium 238). Le métal d'uranium étant particulièrement résistant, ces obus traversent les blindages sans exploser mais se vaporisent en partie, formant un nuage aérosol d'uranium jusqu'à 50 kilomètres alentours qui, s'il est respiré, s'infiltre dans l'organisme. Il provoque alors à la longue des maladies graves des reins, du système nerveux, des os et des articulations, des cancers et des effets thératogènes sur les enfants à naître. Ces obus ont été employés en grande quantité en Irak (1991 et 2003), en Afghanistan (2001) et en Yougoslavie (1999).
  • Et bien sûr, les bombes atomiques comme celles à l'uranium 235 et au plutonium 239 lancées sur Hiroshima et Nagasaki (6 et 9 août 1945) qui avaient causé à elles deux près de 250.000 morts parmi les habitants et en avaient irradié trois fois autant. Si elles n'ont plus servi depuis lors dans les conflits, les bombes atomiques constituent toujours une part de l'arsenal des puissances "nucléaires", en des proportions d'ailleurs variables, les stocks allant de plus de 10.000 ogives à moins de 10 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Israël, Grande-Bretagne, Inde, Pakistan et Corée du Nord par ordre décroissant).
Que l'usage de ces armes ait provoqué de très nombreux morts et blessés dans les populations civiles, nul n'en disconvient. Mais loin qu'il s'agisse de simples et regrettables "dommages collatéraux", on peut se demander si les civils ne sont pas devenus une cible directe et délibérée. Dans la mesure où les derniers pays à avoir fait usage de bombes à fragmentation, de bombes au phosphore ou de bombes à l'uranium sont ou se disent démocratiques (Israël, USA et autres membres de l'OTAN), s'agit-il d'une forme nouvelle de guerre démocratique, non plus armée contre armée, mais armée contre populations, où l'on arrose "démocratiquement" d'un tapis de bombes le peuple adverse ? Question dérangeante sans doute, mais qu'il faut pourtant se poser lorsque manifestement le nombre des infrastructures et des bâtiments civils détruits passe de très loin les objectifs militaires endommagés. Qu'il faut se poser aussi lorsque le choix des armes employées privilégie celles dont les effets nocifs perdurent sur le long terme (mines, radiations, toxiques divers), de sorte que les morts, les mutilations, les maladies et les malformations ainsi causées par la guerre se poursuivent indéfiniment après l'arrêt des hostilités. En d'autres termes, de telles armes sont-elles licites lorsqu'on prétend mener des guerres "humanitaires", faire la guerre au nom des droits de l'homme ?

"Ce que nous avons fait est démentiel et monstrueux : nous avons couvert des villes entières de bombes à fragmentation, reconnaissait le chef d’une unité de lance-missiles de la Force de défense israélienne (IDF)" (Haaretz, du 12 septembre 2006). Au total, l'armée israélienne aura tiré sur le Liban près de 1.800 bombes à sous-munitions contenant plus de 1,2 million de petites bombes et de mines, dont 90% dans les dernières heures du conflit... Le faute aux va-t-en-guerre de l'USI (USA et Israël) bien sûr. Mais que dire de la guerre du Kosovo de mars à juin 1999 ? La Serbie, Kosovo compris, a été bombardée à l'uranium par une coalition dont la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne faisaient aussi partie... A la guerre succède un désastre écologique et humanitaire dont nos ennemis d'un jour ne se relèveront jamais. Vae victis !

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélusine - dans International
commenter cet article

commentaires

MSR 29/09/2006 21:50

J'espère ! Et j'espère aussi que c'est réciproque...

Mélusine 05/10/2006 00:14

Ça je ne sais pas.Mais il me semble que les Croates tournent le dos à ce passé récent et comptent beaucoup sur leur entrée dans l'Union européenne, entité dont les Serbes seront encore exclus pour longtemps.La carotte et la bâton...

MSR 27/09/2006 21:12

C'est vrai que les américains sont très forts pour forcer des nations souverraines à négocier avec des mouvements terroristes... quand ils ne les imposent pas directement.Sinon pour la Serbie, saluons les nationalistes français pour une fois très unis qui ont très largement dénoncé le sort fait aux Serbes (même si pour le reste je penche plutôt vers les Croates), certains se rendant même sur place pour les soutenirs (le groupe In Memoriam par exemple).Nous avons sauvé l'honneur de la France !

Mélusine 27/09/2006 23:26

"...Non, nous n'oublierons pas les Bombes à fragmentation Non, nous n'oublierons pas Le bruit des déflagrations Non, nous n'oublierons pas Les écoles en flammes Non, nous n'oublierons pas Toutes ces mères en larmesNon, nous ne croyons pas à la Guerre humanitaire Non, nous ne croyons pas à la Guerre sans misère Non, nous n'acceptons pas Les frappes chirurgicales Non, nous n'acceptons pas Les victimes collatéralesNon, non, non, non, vos belles Consciences ont l'odeur de la poudre Non, non, non, non, vos idées Ont le goût du sang..."Extrait de Sous les bombes du groupe Vae VictisEt si j'en crois les Serbes que j'ai croisés, ce n'est pas aux Croates qu'ils en veulent.

MSR 27/09/2006 12:22

"Nos ennemis d'un jour" ? Qui désigne ce possessif ? "Nous" = Etat français + peuple français ? Les Serbes ont été les ennemis de nos dirigeants ; mais pas ceux du peuple français et moins encore des nationalistes ; pour ma part, considérant ces dirigeants pour des traîtres et des ennemis, les Serbes sont pluôt nos amis.

Mélusine 27/09/2006 13:44

Tout à fait d'accord avec toi. Moi, j'en étais malade de cette politique belliciste anti-serbe.
Mais le nous est par implication. Il s'agissait bien du gouvernement français. L'affaire du Kosovo vient de l'échec des accords de Rambouillet en France. Et les négociations n'ont pas échoué par la faute des Serbes, mais par celle des Américains et de leurs alliés (dont la France) qui ont soutenu délibérément les extrémistes de l'UCK au détriment du représentant "modéré" que les Albanais du Kosovo avaient élu, à savoir Rugova. Les Serbes, alors même qu'ils avaient accepté les principes de l'accord y compris sur l'envoi d'une force d'interposition, ont été acculés à la guerre. Cf. Histoire secrète des négociations de Rambouillet, www.monde-diplomatique.fr/1999/05/DE_LA_GORCE/12005
Même si les Français eux-mêmes n'ont pas été consultés - ils ne se sont pas beaucoup manifestés non plus, moins que contre la guerre d'Irak me semble-t-il - c'est quand même en notre nom que la Serbie (et le Kosovo) ont été bombardés... Quand j'ai écrit "nos ennemis d'un jour", je voulais souligner aussi la légèreté d'une décision politique si lourde de conséquences. En réalité, les Serbes n'ont jamais été des ennemis pour nous. Et pourtant des avions français ont contribué à ruiner leur pays. Cela nous concerne donc aussi.