Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Géopolis
  • : Géopolis est consacré à la géopolitique et à la géostratégie : comprendre la politique internationale et en prévoir les évolutions, les conflits présents et à venir, tel est le propos, rien moins !
  • Contact

Profil

  • Mélusine

Géopolis

Par ces temps troublés, l'actualité géopolitique inquiète et déconcerte. Les clefs nous manquent souvent pour en appréhender les facteurs d'évolution décisifs. Et en cette matière, les médias communs informent à peu près aussi mal qu'ils sont mal informés. On nous parle beaucoup de "mondialisation", mais la compréhension des désordres mondiaux n'en paraît pas tellement meilleure et les désordres eux-mêmes persistent, redoublent même... Bien sûr, Géopolis n'a pas la prétention de tout savoir et de tout expliquer. Nous tenterons simplement ici avec ceux qui voudront bien nous rejoindre de contribuer à la réflexion, d'éclairer certaines questions d'actualité en apportant des informations passées inaperçues ou des témoignages de première main, et aussi de prendre un peu de distance pour ne pas trop nous laisser impressionner par l'impact immédiat des événements. A qui s'adresse Géopolis ? A nous tous, simples citoyens, parce qu'en nos pays réputés démocratiques, nous sommes à l'origine de choix cruciaux : par le vote, c'est nous qui portons au pouvoir des hommes dont les décisions (ou les indécisions) feront le monde de demain, les guerres, la vie et la mort des pays et des peuples... C'est bien sérieux tout ça ! - Oui, le sujet est sérieux, mais les manières de l'aborder peuvent ne pas l'être toujours. Il sera donc aussi question de traités d'art militaire, de la formation des chefs d'Etat, de romans d'espionnage ou de cinéma...

Recherche

4 juin 2006 7 04 /06 /juin /2006 15:16

La reconstitution qui devait avoir lieu ces jours-ci du fait-divers du 27 octobre 2005 à l'origine des émeutes que l'on sait vient d'être reportée. Le seul protagoniste survivant, Muhittin Altun, 18 ans, a en effet été arrêté le 29 mai 2006 pour l'agression d'un véhicule de police au cours d'un nouvel accès de violences urbaines du côté de Saint-Denis et Montfermeil.

C'est sans doute le moment de revenir sur les faits survenus dans cette nuit du 27 au 28 octobre 2005. Que sait-on exactement ? Trois jeunes gens, Zyed Bena, Bouna Traore, respectivement 17 et 15 ans, et Muhittin Altun, déjà nommé, avaient forcé la porte d'un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois. Après qu'ils eurent pénétré à l'intérieur, deux d'entre eux trouvèrent la mort par électrocution, le troisième, brûlé et retrouvé inanimé, put être secouru et sauvé par les pompiers.

Dans la journée du 28 octobre, les radios, notamment France Info, vont reprendre en boucle la nouvelle, suivies par les télévisions et les journaux du soir. Plusieurs journalistes suggèrent d'emblée une responsabilité de la police dans ces morts, car les jeunes gens se seraient réfugiés là nous dit-on "parce qu'ils étaient poursuivis par la police" ou encore "ils avaient trouvé refuge après une poursuite avec la police". Les plus réservés usent de quelques précautions oratoires : des jeunes "qui se croyaient poursuivis par la police" ou "pensant être poursuivis"...

Mais on voit mal comment des journalistes pouvaient exposer dès le matin du 28 ce qu'avaient pu penser ou pas immédiatement avant leur mort les deux personnes qui venaient de mourir dans la nuit, sachant que la troisième était hospitalisée dans un état jugé sérieux et donc hors d'état de répondre aux questions.

Or rien n'est venu confirmer en quoi que ce soit la présence de la police sur les lieux, bien au contraire, et qui plus est la police française en 2005 n'est ni un ogre ni la gestapo pour qu'on la fuie avec panique et qu'on se précipite dans un endroit interdit d'accès.

La complaisance des médias pour une version des faits tendancieuse et pour le moins prématurée fut la cause directe des émeutes qui allaient éclater le soir même. Cette version reprise imprudemment et sans aucun esprit critique leur avait apparemment été fournie par quelques jeunes des environs, de ceux qui ne pensent les rapports sociaux qu'en termes d'affrontements avec l'autorité et n'ont vu là qu'un prétexte ou une justification pour leurs propres violences (les pompiers intervenus sur les lieux avaient semble-t-il été pris à partie dès la nuit du drame).

Le fait que les parents des jeunes gens aient été reçus le 1er novembre 2005 à la fois par le premier ministre, Dominique de Villepin, et par le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, ne faisait qu'accréditer un peu plus cette thèse absurde des "policiers responsables de la mort des jeunes" et transformer en cause nationale un malheureux fait-divers. Cela n'appaisa d'ailleurs nullement les violences qui se poursuivirent plusieurs semaines sans frein.

Puisque la cause officielle ne tient pas, que s'est-il donc passé à Clichy-sous-Bois ? En bonne logique, il faut prendre en compte les points suivants : 1) un transformateur électrique est un lieu clos et accessible d'un seul côté, donc un cul-de-sac, à éviter si l'on est en vue d'un poursuivant, ce que des jeunes gens de cet âge savent fort bien ; 2) un transformateur électrique est un endroit risqué, et comme tel muni d'une porte verrouillée et signalé par des panneaux rouges "Danger de Mort". Celui de Clichy est en outre protégé par un mur de 2 mètres de haut surmonté de barbelés. Les jeunes gens ont donc dû passer le mur, puis forcer la porte.

Mais pourquoi ? S'ils s'étaient contentés de "se réfugier" à l'intérieur, l'accident n'aurait pas eu lieu. S'ils ont été électrocutés c'est donc qu'ils ont touché aux fils et aux manettes. Alors pourquoi des jeunes gens qui n'étaient poursuivis par personne ont-ils fracturé la porte d'un transformateur EDF et ont-ils manipulé l'appareillage électrique ? Mais pour le faire disjoncter bien sûr !

De tels actes de malveillance sont malheureusement devenus assez courants sur les lignes de trains de banlieue. L'arrestation récente pour violences contre la police du survivant de Clichy va dans le même sens. Un acte de délinquance idiot qui a mal tourné, c'est la seule hypothèse qui tienne la route. A moins que...

A moins qu'il s'agisse d'un jeu violent ou encore d'un règlement de comptes entre jeunes du type de ceux dont les locaux à poubelles et les caves de nos banlieues servent souvent de cadre. Mais cela, Muhittin Altun et ses avocats ne le diront pas.

Mais qu'allait-il donc faire dans cette galère ?

Partager cet article

Repost 0
Published by V. - dans France
commenter cet article

commentaires

David 04/09/2006 17:05

Concernant les émeutes qui ont eu lieu à compter du 28 octobre au soir, je ne suis pas persuadé que la cause réelle était effectivement la mort de ces 2 jeunes. Cela je pense n'a servi que de pretexte car tout le monde sait dans le milieu policier " sans exception " que cela devait arriver un jour.La question n'était pas de savoir si cela allait se produire, mais quand cela se produirait.
 
Les 3 individus ont effectivement été pourchassés par des véhicules de police, " la raison en reste encore a définir ", on parle d'un vol commis par 3 individus qui aurait eu lieu à proximité du lieu, ce qui expliquerait  la présence des forces de l'ordre dans ce secteur.
Concernant le nombre de véhicules de police qui se seraient rapprochés de leurs collègues en poursuite derrière des individus, cela s'explique par le fait que la plupart des véhicules de patrouilles ce jour là dans le département n'étaient engagés sur aucune autre action.
On peut donc comprendre que lorsqu'ils ont entendu à la radio que des collègues à eux avaient besoin de renfort, qu'ils se soient  tout naturellement rendus sur les lieux. Malheureusement, certaines personnes et médias ont crié à " l'acharnement policier à l'encontre de jeunes gens lambda ". Jeunes, c'est un fait, lambda moins certain.
Quoi qu'il en soit, lorsque l'on voit la police arriver on ne s'enfuit pas sans raison, et si tel est le cas alors ils faut en assumer le résultat ( très lourd il est vrai dans ce cas précis ).
Les 3 individus se sont réffugié de leur propre initiative dans le transformateur EDF, en passsant pas dessus un mur de plus de 2 mètre de hauteur.
Ensuite est arrivé ce qui devait arriver, je ne pense pas à un acte de malveillance de leur part, juste qu'ils se sont approché un peu trop près des transformateurs puissants qui occupent les lieux. Ils faut savoir qu'un arc electrique d'une telle puissance peut vous atteindre jusqu'à plusieurs mètres de distance et ceci sans le toucher.
Alors à qui la faute ?
pour sûr, pas à la police !!!
 

Mélusine 04/09/2006 17:13

Ah oui, l'arc électrique : ça je ne savais pas. Merci pour ces précisions.