Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Géopolis
  • : Géopolis est consacré à la géopolitique et à la géostratégie : comprendre la politique internationale et en prévoir les évolutions, les conflits présents et à venir, tel est le propos, rien moins !
  • Contact

Profil

  • Mélusine

Géopolis

Par ces temps troublés, l'actualité géopolitique inquiète et déconcerte. Les clefs nous manquent souvent pour en appréhender les facteurs d'évolution décisifs. Et en cette matière, les médias communs informent à peu près aussi mal qu'ils sont mal informés. On nous parle beaucoup de "mondialisation", mais la compréhension des désordres mondiaux n'en paraît pas tellement meilleure et les désordres eux-mêmes persistent, redoublent même... Bien sûr, Géopolis n'a pas la prétention de tout savoir et de tout expliquer. Nous tenterons simplement ici avec ceux qui voudront bien nous rejoindre de contribuer à la réflexion, d'éclairer certaines questions d'actualité en apportant des informations passées inaperçues ou des témoignages de première main, et aussi de prendre un peu de distance pour ne pas trop nous laisser impressionner par l'impact immédiat des événements. A qui s'adresse Géopolis ? A nous tous, simples citoyens, parce qu'en nos pays réputés démocratiques, nous sommes à l'origine de choix cruciaux : par le vote, c'est nous qui portons au pouvoir des hommes dont les décisions (ou les indécisions) feront le monde de demain, les guerres, la vie et la mort des pays et des peuples... C'est bien sérieux tout ça ! - Oui, le sujet est sérieux, mais les manières de l'aborder peuvent ne pas l'être toujours. Il sera donc aussi question de traités d'art militaire, de la formation des chefs d'Etat, de romans d'espionnage ou de cinéma...

Recherche

22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 20:06
Seul est un catholique accompli celui qui élève la cathédrale de son âme sur des cryptes païennes.
Nicolas Gomez Davila

Pagano-christianisme, le terme laissera sans doute dubitatif, mais est-il plus ridicule ou plus faux que ce "judéo-christianisme" dont on nous rebat les oreilles au point de laisser croire à un nombre croissant de catholiques qu'ils seraient judéo-quelquechose ? Des judéo-christianismes ont existé, certes, comme le courant nazaréen, considéré dès la fin du Ier siècle de l'ère chrétienne comme hérétique ("synagogue de Satan" dit l'Apocalypse de saint Jean, 2, 9). Ils ont resurgi à partir du XVIe siècle avec les sectes protestantes qu'on peut effectivement considérer judéo-chrétiennes. Mais pour les Catholiques comme pour les Orthodoxes qui se respectent, cela porte un nom : hérésie. Et l'hérésie, par définition, ce n'est pas catholique.

Pourtant, certaines déclarations récentes des Souverains Pontifes laissent planer une ambiguïté et semblent même, par quelques phrases appuyées (et spécialement médiatisées), balayer vingt siècles de tradition catholique en la matière. Je pense tout particulièrement au pape Jean-Paul II parlant des Juifs comme de "nos frères aînés dans la foi" (13 avril 1986, lors de sa visite à la synagogue de Rome), ou à la brève allocution prononcée récemment par Benoît XVI à Paris devant les représentants de la communauté juive (12 septembre 2008). Le Saint Père y atténue d'ailleurs discrètement la formule de son prédécesseur en "frères aimés dans la foi", car l'idée d'une aînesse du Judaïsme est, comme il le sait certainement, tout à fait contraire à la tradition. A cet égard, la lecture chrétienne du récit biblique d'Esaü vendant son droit d'aînesse à son cadet Jacob pour un plat de lentilles (Genèse, 27) est très claire, de même que celle de la bénédiction par Jacob des deux fils de Joseph à la fin de la Genèse (48, 1-22), où l'on voit le patriarche croiser les mains pour intervertir l'ordre de primogéniture. Elle s'accorde d'ailleurs au fait historique, puisque la naissance du Judaïsme tel qu'il existe aujourd'hui est postérieure à celle du Christianisme, et non l'inverse. Succédant à la religion du Temple de Jérusalem, disparue lors de sa destruction par les Romains en 70 de notre ère, cette nouvelle religion dite rabbinisme ne s'est élaborée qu'entre le IIe et le VIe siècles.

Tout au plus peut-on parler d'un corpus de textes, dit Ancien Testament ou Torah, que revendiquent partiellement l'une et l'autre religion - et encore ces textes sont-ils interprétés de façon complètement différente. En tous cas, le rabbinisme ou Judaïsme au sens moderne repose en grande partie sur le Talmud, avec lequel le Christianisme n'a strictement rien en commun et qui est d'ailleurs violemment anti-chrétien. Bref, dans le discours du Saint Père au collège des Bernardins en ce 12 septembre, par ailleurs d'une grande profondeur spirituelle, la formule qui voudrait que saint Paul se situa "dans la tradition commune du rabbinisme" est malencontreuse : saint Paul comme le Christianisme ont l'antériorité.

Mais il y a plus. Ce qui étonne dans les travaux de l'exégèse chrétienne contemporaine, c'est la part faite aux sources judaïques. Non pas qu'elles soient en elles-mêmes dépourvues d'importance ou d'intérêt pour la tradition catholique, ainsi Le Christ hébreu de Claude Tresmontant (1983) ou Jérusalem ressuscitée - La Bible hébraïque et l'évangile de Jean à l'épreuve de l'archéologie nouvelle de Jacqueline Genot-Bismuth (2000). Mais du fait que cette part est absolue et ne laisse place à rien d'autre. Or il serait abusif de voir dans la religion du Temple ou dans la religion des Hébreux anciens la seule et unique source d'où procèderait le Christianisme. C'est faire peu de cas de sa nouveauté irréductible, autrement dit du Christ lui-même. Et c'est aussi escamoter la possibilité, ou osons le dire, la réalité de sources païennes. Faut-il rappeler que Notre Seigneur est né dans l'Empire romain ? Qu'il est né dans la partie de langue grecque de cet Empire ? La sphère d'expansion de la culture hellénistique englobait la Judée depuis le temps d'Alexandre le Grand. Pour le contexte de la naissance du Christianisme, ce n'est pas rien. Benoît XVI lui-même insistait justement là-dessus dans son discours de Ratisbonne le 12 septembre 2006, ce même discours qui soulignait l'aporie du dialogue des religions. Cf. Benoît XVI, Manuel Paléologue et l'Islam : dialogue des religions  et Benoît XVI et l'Islam .

Qui plus est, sans culture gréco-romaine, autrement dit sans culture païenne, des pans entiers des Evangiles restent incompréhensibles. Prenons un petit exemple : l'éponge vinaigrée qu'un soldat romain tend au Christ sur la croix. Curieux, n'est-ce pas, cette histoire de vinaigre ? Sadique même, à première vue. Les spécialistes de l'armée romaine vous diront qu'il s'agissait en fait de vin aigrelet, la piquette du paquetage du soldat romain, sa boisson règlementaire, ce qu'il avait pour se désaltérer. Le Romain s'est donc montré charitable. De même, cet épisode clef du récit de la Passion qu'est la rencontre avec Pilate ne présuppose-t-il pas en arrière-plan toute la tradition des philosophes grecs ?

Mais évoquer des sources païennes, cela prête à sourire. Ça fait moins sérieux que de parler de sources juives. Et pourquoi ? On a un peu vite oublié que, depuis les premiers Pères de l'Eglise, la tradition catholique met en parallèle les prophètes hébreux et les sibylles païennes qui, elles-aussi, ont annoncé le Sauveur du monde. On a oublié que l'Ancien Testament doit se lire et se comprendre comme annonce et préfigure du Christ et de l'Eglise. C'est parfois à se demander si les Catholiques savent encore lire la Bible en catholiques et s'ils comprennent le sens chrétien de ce qu'ils lisent... On a enfin oublié que le Christianisme n'est pas que "religion du Livre", mais aussi religion de l'icône, culte des reliques et communion des saints, toutes choses qui n'ont rien de juif, bien au contraire. Pour s'en tenir aux questions d'exégèse, il y aurait encore bien des choses à creuser, à redécouvrir du côté du paganisme. Que l'on pense à l'œuvre controversée de l'ethnologue Gavriil Ksenofontov, exécuté sous Staline (Chamanisme et Christianisme, 1929), ou à tous ces saints "populaires" aujourd'hui rélégués avec condescendance du côté du folklore païen, et qui sont pourtant parfaitement et dignement catholiques, et bons antidotes contre les hérésies modernes.

Pour moi, je peux me tromper, mais je crois aux Madones qui pleurent et aux crucifix qui gouttent le sang. Et j'ai grande dévotion pour saint Georges, sainte Marguerite, sainte Catherine philosophe, sainte Agnès romaine, et bien d'autres. Certes, ce n'est pas judaïque, mais je ne vois pas pourquoi ce serait risible ou de moindre valeur puisque c'est authentiquement catholique. Surtout, surtout, qu'est-ce que Rome ? Qu'est-ce qui fonde l'autorité du Souverain Pontife ? Dites un peu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélusine - dans Religion
commenter cet article

commentaires

Lysimaque 01/10/2008 10:39

Je suis bien d'accord avec vous : le christianisme s'est développé sur un substrat païen, et formellement il doit beaucoup au paganisme(s) : vous avez parlé de l'éponge du soldat, mais les idoles versant des larmes ou les crucifix saignant sont un héritage de l'Antiquité païenne : les statues grecques pleuraient, se déplacaient, saignaient. L'importance de l'image dans le monde chrétien doit aussi beaucoup à son héritage. De même, et pour aller un peu plus loin, on peut se demander si le rite de l'eucharistie ne reprend pas - formellement, j'entends, le rite païen du sacrifice courant : le pain et le vin sont "versés" sur l'autel pour faire "communier" dieu(x) et hommes. Mais il me semble que dans la manière de concevoir la divinité, les chrétiens doivent plus aux juifs qu'aux païens.

Mélusine 01/10/2008 20:41


Je n'entendais pas tout à fait héritage dans ce sens-là ; je pensais plutôt au rôle de la philosophie antique dans la formulation du dogme chrétien. Les reprises iconographiques ou de rites sont
inévitables puisqu'on vénère la divinité avec le langage formel dont on dispose. Mais ces formes sont alors investies d'un sens nouveau. Qui plus est, ce que certains considéreront comme des
emprunts peut se lire aussi comme préfigures et prophéties.

Concevoir la divinité ? Mais les Juifs ne peuvent même pas comprendre la Trinité.


Lysimaque 30/09/2008 22:38

Quand Jean-Paul II a dit que les juifs étaient nos "frêres ainés dans la foi", il n'a tout de même pas entièrement tord. Je suis d'accord sur le fait que le judaïsme n'est pas un autre christianisme et que le terme de judéo-christianisme n'est pas adapté à la réalité qu'il désigne. Le judaïsme était la seule tradition religieuse dans le monde méditerranéen qui fasse intervenir le concept de foi. C'est un monothéisme (certainement dérivé d'un état polythéiste initial) qui induit une implication de chacun, personnellement, dans le croyance, ce qui n'est pas le cas dans les religions païennes. Dans ces dernières, l'individu n'est pas impliqué de façon particulière : il l'est au nom de la cité, du pays, de l'empire...il n'y a, par exemple, pas de débats théologiques dans la Rome ancienne. Le culte ne nécessite pas d'implication personnelle. il me semble que c'est la ce qui rapproche le plus judaïsme et christianisme.

Mélusine 01/10/2008 00:21


Je ne suis pas très convaincue, tant sur l'absence de débat théologique que sur l'absence supposée d'implication personnelle. La Grèce ancienne s'est interrogée sur la nature de ses dieux. Une
religion communautaire, on pourrait tout aussi bien dire ça du judaïsme. Quant au paganisme, certes il y a des cultes de la cité mais ce sont loin d'être les seuls , et au contraire le paganisme
inclut toutes sortes de dévotions personnelles. Il suffit de voir en Inde.

Mais je ne me situe absolument pas dans un comparatisme religieux qui s'apparente trop souvent à du relativisme. Je ne saisis d'ailleurs pas ce que vous entendez par "concept de foi" : il me semble
que la foi n'est pas de l'ordre de l'intellect. La question que je pose est celle du substrat culturel sur lequel l'Eglise catholique primitive s'est appuyée, celle de l'héritage en quelque sorte.
Et une autre question est celle des préfigures du christianisme dans les temps qui l'ont précédé. Les hébreux ne sont pas les seuls à avoir été préparés à accueillir le Christ et in fine
lui ont fait moins bon accueil que bien des païens.