Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Géopolis
  • : Géopolis est consacré à la géopolitique et à la géostratégie : comprendre la politique internationale et en prévoir les évolutions, les conflits présents et à venir, tel est le propos, rien moins !
  • Contact

Profil

  • Mélusine

Géopolis

Par ces temps troublés, l'actualité géopolitique inquiète et déconcerte. Les clefs nous manquent souvent pour en appréhender les facteurs d'évolution décisifs. Et en cette matière, les médias communs informent à peu près aussi mal qu'ils sont mal informés. On nous parle beaucoup de "mondialisation", mais la compréhension des désordres mondiaux n'en paraît pas tellement meilleure et les désordres eux-mêmes persistent, redoublent même... Bien sûr, Géopolis n'a pas la prétention de tout savoir et de tout expliquer. Nous tenterons simplement ici avec ceux qui voudront bien nous rejoindre de contribuer à la réflexion, d'éclairer certaines questions d'actualité en apportant des informations passées inaperçues ou des témoignages de première main, et aussi de prendre un peu de distance pour ne pas trop nous laisser impressionner par l'impact immédiat des événements. A qui s'adresse Géopolis ? A nous tous, simples citoyens, parce qu'en nos pays réputés démocratiques, nous sommes à l'origine de choix cruciaux : par le vote, c'est nous qui portons au pouvoir des hommes dont les décisions (ou les indécisions) feront le monde de demain, les guerres, la vie et la mort des pays et des peuples... C'est bien sérieux tout ça ! - Oui, le sujet est sérieux, mais les manières de l'aborder peuvent ne pas l'être toujours. Il sera donc aussi question de traités d'art militaire, de la formation des chefs d'Etat, de romans d'espionnage ou de cinéma...

Recherche

24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 20:42
Depuis une dizaine d'années, nous sommes, paraît-il, devenus les plus grands consommateurs au monde de drogues psychotropes : selon les statistiques, un quart des Français serait sous antidépresseurs (10%) ou sous calmants (17%) et abuserait des somnifères. Un quart, c'est énorme. A se demander si nous ne faisons pas une dépression collective.

Mais ne voilà-t-il pas que nos pouvoirs publics viennent de lancer, à renfort d'affiches et de messages radiodiffusés (télé aussi, sans doute, mais je n'ai pas c'te chose) une grande campagne promotionnelle en faveur de la dépression ! Vous manquez d'énergie ? Vous êtes mélancolique ? Soucieux ? La dépression, on vous dit ! Manque d'appétit ? Troubles digestifs ? Dépression, bien sûr ! La vie n'est pas rose ? Mais c'est que vous êtes un dépressif qui s'ignore ! Il est urgent de consulter !!! De quoi réveiller le malade imaginaire qui dort en chacun de nous. Je n'invente pas, c'est ici : http://www.info-depression.fr/

En l'an 2000, les Français engloutissaient déjà 150 millions de boîtes de ces petites pilules. Cela n'a cessé d'augmenter depuis, et on voudrait nous en faire avaler davantage encore ?! Sûr que les multinationales pharmaceutiques y trouvent leur compte. Il faut dire que tout ça est remboursé par la Sécu, alors... 932 millions d'euros de remboursements en antidépresseurs, anxiolytiques, hypnotiques et autres neuroleptiques (chiffres de 2002). Un déficit, dites-vous ? Non, pas possible ! Dans les pays nordiques, l'hiver venu, quand il fait froid et sombre, quand le vent mauvais souffle et l'ennui guette, on se contente de noyer ses états d'âmes dans un verre de gnôle. Au moins, ne se raconte-t-on pas d'histoires sur la qualité de la médecine.

Mais les gélules, les pilules, les cachets, ce sont des médicaments, ça. Des vrais. Pas de la camelote, de la gnognote, pas pour rire, hein ? Jugez un peu de leurs effets collatéraux : somnolence, perte d'appétit, troubles digestifs, vertiges, agressivité, attaques de panique, hallucinations, j'en passe et des meilleures. Alors, bien sûr, il y a de vrais dépressifs parmi les consommateurs (moins de la moitié, nous dit-on, et cela semble encore généreux), mais les autres ? Sauf cas de dépression avérée, mieux vaudrait s'abstenir, ne croyez-vous pas ? Avant de vous mettre au Prozac®, Deroxat® (antidépresseurs), Xanax® ou Temesta® (anxiolytiques), avant de vous faire prescrire de l'Imovane®, du Lexomil® ou du Stilnox® (somnifères), et tutti quanti, bref avant de vous assommer de médicaments violents qui causent autant de troubles qu'ils en soignent, dérèglent le fonctionnement cérébral et créent une addiction dont vous serez bien en peine de vous défaire, commencez donc par combler vos carences en vitamines C, B6, B9 et B12 et en magnésium. Ajoutez du ginseng et une bonne bière au houblon. Ça ne peut pas faire de mal, et ça peut même faire du bien !

Il faut que la France d'aujourd'hui soit bien malade, que la démocratie tant vantée récèle de sourdes violences,  que la société de consommation festiviste soit décidément une triste farce, pour que tant d'entre nous n'y puissent survivre sans béquilles chimiques. Alors quand les autorités donnent dans la surenchère, on peut se poser quelques questions. Voyons un peu : vous êtes payé des clopinettes, votre entreprise délocalise en Chine, vous risquez le chômage, vous subissez des violences au travail ou dans la rue, la police vous a mis à l'amende pour rien, le gouvernement vous em... ? Vous choisissez le Prozac ou la révolte ?

Au fond, la grande erreur de Louis XVI en 1789, c'est de ne pas avoir fait distribuer des antidépresseurs à la population. Vous reprendrez bien une petite pilule ?

Et avec ça, adieu Verlaine, adieu le Spleen et la Mélancolie, fini les poètes !
(Dans la même veine : http://geopolis.over-blog.net/article-6687584.html)

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélusine - dans France
commenter cet article

commentaires

Dominique 26/11/2007 17:27

Chère Mélusine,Il y aurait beaucoup à dire sur ce nouveau mode de contrôle de la population par le pouvoir : le contrôle neuro-chimique, qui vient s'ajouter aux divers systèmes de contrôle des individus déjà connus et répertoriés par les psycho-sociologues :1) le contrôle direct (physique) : par la violence2) le contrôle organisationnel : par la machinerie bureaucratique3) le contrôle des résultats : par la compétition économique4) le contrôle idéologique : par la manifestation de l’adhésion5) le contrôle d’amour avec ses deux variantes, fascination et séduction : par l’identification totale ou l’expression de la confiance6) le contrôle par saturation : par la diffusion ad nauseam d’un seul message répété indéfiniment7) le contrôle par dissuasion : par la mise en place d’un système de fichage et par un appareil policier qui déroute tout désir de contestation.Ceci étant, un auteur réellement visionnaire du cauchemar moderne avait prévu la camisole neuro-chimique, en plus des manipulations génétiques : A. Huxley, dans Le meilleur des mondes (1932), avait baptisé par dérision Soma (du nom de la boisson sacrificielle et divine de l'Inde védique), une pilule euphorisante qui effaçait les angoisses des individus clonés et programmés génétiquement constituant cette société totalement néantisée !Un détail enfin, le Lexomil n'est pas un somnifère, c'est un anxiolytique de la famille (hautement addictive !!!) des benzodiazépines. De son vrai nom Bromazépam, cette molécule est cependant souvent utilisée pour obtenir le sommeil par chute de la tension anxieuse et effet sédatif. Le Stilnox (Zolpidem) et l'Immovane (Zopiclone) sont, en revanche, de purs hypnotiques qui ne modifient en rien l'humeur ou la conscience. En particulier, e premier, à cycle très court, laisse l'esprit intègre, mais provoque tout de même, une certaine dépendance, avant tout psychologique.