Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Géopolis
  • : Géopolis est consacré à la géopolitique et à la géostratégie : comprendre la politique internationale et en prévoir les évolutions, les conflits présents et à venir, tel est le propos, rien moins !
  • Contact

Profil

  • Mélusine

Géopolis

Par ces temps troublés, l'actualité géopolitique inquiète et déconcerte. Les clefs nous manquent souvent pour en appréhender les facteurs d'évolution décisifs. Et en cette matière, les médias communs informent à peu près aussi mal qu'ils sont mal informés. On nous parle beaucoup de "mondialisation", mais la compréhension des désordres mondiaux n'en paraît pas tellement meilleure et les désordres eux-mêmes persistent, redoublent même... Bien sûr, Géopolis n'a pas la prétention de tout savoir et de tout expliquer. Nous tenterons simplement ici avec ceux qui voudront bien nous rejoindre de contribuer à la réflexion, d'éclairer certaines questions d'actualité en apportant des informations passées inaperçues ou des témoignages de première main, et aussi de prendre un peu de distance pour ne pas trop nous laisser impressionner par l'impact immédiat des événements. A qui s'adresse Géopolis ? A nous tous, simples citoyens, parce qu'en nos pays réputés démocratiques, nous sommes à l'origine de choix cruciaux : par le vote, c'est nous qui portons au pouvoir des hommes dont les décisions (ou les indécisions) feront le monde de demain, les guerres, la vie et la mort des pays et des peuples... C'est bien sérieux tout ça ! - Oui, le sujet est sérieux, mais les manières de l'aborder peuvent ne pas l'être toujours. Il sera donc aussi question de traités d'art militaire, de la formation des chefs d'Etat, de romans d'espionnage ou de cinéma...

Recherche

24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 21:46
Umaru Yar'Adua

Afrique de l'Ouest. Les élections du week-end dernier au Nigéria ont été remportées par un nouveau venu sur la scène politique du pays. Umaru Yar'Adua est l'homme de paille du président sortant, Olusegun Obasanjo, qui a trouvé ce moyen astucieux de se maintenir aux commandes tout en faisant mine de concéder des élections démocratiques. Membre du PDP (Peoples Democratic Party), le parti au pouvoir, gouverneur de la province islamisée de Katsina depuis 1999, Umaru est le frère de l'ancien général Shehu Yar'Adua, devenu milliardaire, un proche d'Obasanjo.

Le Nigéria, pays le plus peuplé d'Afrique avec environ 134 millions d'habitants (1/5e de la population du continent), en est aussi le premier producteur de pétrole, devant l'Algérie, et fait à ce titre partie de l'OPEP. Il dispose en outre d'importantes réserves de gaz, fer, zinc, charbon. Tout pour être riche. Néanmoins, la corruption des milieux dirigeants aidant, il passe pour le seul pays au monde qui, tout en possédant d'importantes ressources pétrolières, présente un déficit budgétaire. Le degré de corruption atteint en effet des records. D'après l'économiste américain Joseph Eugène Stiglitz, l’inefficience économique a causé la fuite de cent milliards de dollars, investis à l'étranger plutôt qu'à l'intérieur du pays. La plus grande partie de la population nigériane ne reçoit donc du pétrole que les effluves délétères.

Ci-après, un article d'Elisa Drago sur le déroulement des élections nigérianes, trouvé sur RFI. On a connu les observateurs internationaux plus virulents...
  • Umaru Yar’Adua proclamé vainqueur
  • Umaru Yar’Adua est le nouveau président de la République, a annoncé lundi 23 avril la Commission électorale nationale (INEC), à Abuja. Candidat du parti au pouvoir (PDP), Umaru Yar’Adua a obtenu 24,6 millions de voix, contre 6,6 millions suffrages pour son principal opposant le général Muhammadu Buhari du Parti de tout le peuple du Nigeria (ANPP). Le vice-président Atiku Abubakar, candidat de l'Action Congress (AC), arrive en troisième place avec 2,6 millions de voix. Les deux principaux partis d’opposition ont rejeté les résultats officiels. Les observateurs nationaux et internationaux mettent en cause la crédibilité du scrutin, qualifié de "pire scrutin" de l’histoire du pays par l’opposition.
  • Umaru Yar’Adua, 56 ans, gouverneur de l’Etat musulman de Katsina (nord), pratiquement inconnu il y a encore quelques mois, remporte haut la main l’élection présidentielle du 21 avril. Elu pour un mandat de quatre ans, Umaru Yar’Adua succède ainsi au président Olesegun Obasanjo qui, après huit ans à la tête du pays le plus peuplé d’Afrique, se trouvait dans l’incapacité constitutionnelle de briguer un troisième mandat.
  • Les deux principaux candidats de l’opposition ont contesté la victoire de Umaru Yar’Adua. "La Commission nationale électorale (Inec) a annoncé à la face du monde les résultats les plus grossièrement truqués de l'histoire du Nigeria, surpassant même les fraudes massives de 2003", a déclaré Muhammadu Buhari, arrivé deuxième selon les résultats officiels. Atiku Abubakar, troisième selon ces mêmes résultats, a demandé l’annulation du scrutin et estimé que cette élection est la "pire" de l’histoire du pays.
  • Même l’actuel président du Sénat, Ken Nnamani, troisième personnage de l’Etat, n’a pas épargné les critiques. Il estime que l'image du Nigeria ressort ternie et que les abus électoraux constatés à grande échelle laisseront un héritage de haine et provoqueront une crise de légitimité pour le vainqueur. Le 20 avril, à la veille du scrutin présidentiel, devant une délégation d'observateurs étrangers dirigée par l'ancienne secrétaire d'Etat Madeleine Albright, Ken Nnamani n’avait pas hésité à affirmer que le parti au pouvoir (PDP), son parti, avait truqué ce scrutin avec l'aide de la police, de l'armée et de la Commission électorale nationale (INEC).
  • Les élections des 14 et 21 avril (régionales, législatives et présidentielle) au Nigeria "ne peuvent être considérées comme crédibles" et "sont loin des critères démocratiques internationaux de base", a déclaré lundi à Abuja le chef de la mission d'observation de l'Union Européenne, Max Van den Berg. Il dénonce notamment une "piètre organisation, le manque d'une élémentaire transparence, des preuves évidentes de fraude, particulièrement durant le processus de collecte et de compilation des résultats, l'impossibilité pour beaucoup d'électeurs de voter". L’UE estime que "l'usage continuel de voyous par un certain nombre de partis politiques a créé un degré significatif de peur et d'intimidation". D’autre part, l’UE évalue à au moins 200 le nombre de tués dans les violences électorales. Selon des chiffres officiels nigérians, le bilan s'élève à 39 morts au moins.
  • Un "pas en arrière" et une "menace" pour la démocratie
  • Pour sa part, la Maison Blanche s’est déclarée "profondément troublée" par les affrontements mortels et les soupçons d’irrégularités. Les observateurs privés américains de l'Institut international républicain (IRI) estiment que, en terme de logistique, le scrutin est "en dessous des normes fixées par les précédentes élections" présidentielles de 1999 et 2003. Les élections du 14 et du 21 avril représentent "un pas en arrière" qui "menace d’entamer la confiance des Nigérians dans les institutions démocratiques de leur pays", a pour sa part déclaré ce lundi à Abuja l’ancienne secrétaire d’Etat américaine, Madeleine Albright, représentante d’une organisation américaine, le National democratic institute (NDI) qui a déployé 61 observateurs au Nigeria pour les élections de samedi. Madelein Albright a indiqué que son organisation n’appelle pas à de nouvelles élections mais que les autorités ont "cinq semaines" pour "rectifier le tir" en traitant le mieux possible les plaintes des électeurs.
  • Les 17 observateurs du Commonwealth ont également fait état d'"imperfections significatives", soulignant notamment l'heure tardive d'ouverture de nombreux bureaux et le manque de confidentialité du vote.
  • Le scrutin n'a été "ni libre ni équitable", a déclaré Abdel Fatau Musa, chef de la mission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), dont  200 membres ont suivi le scrutin. Ce responsable recommande une réforme urgente du processus électoral au Nigeria, pour éliminer les imperfections observées et favoriser en particulier le renforcement de l'indépendance de la Commission électorale.
  • "Il n'y a pas eu d'élections crédibles", selon le principal groupe d’observateurs nigérians, le Transition Monitoring Group (TMG), qui avait déployé 10 000 personnes dans les bureaux de vote à travers le pays. Dénonçant une "mascarade" organisée par le gouvernement, ce groupe d'observateurs nationaux appelle à l'annulation des scrutins.
  • Face à l'ampleur des irrégularités, certains observateurs s'interrogent sur la légitimité du futur pouvoir, avec un président, dauphin choisi par Olesegun Obasanjo, et accusé par ses détracteurs d’être une "marionnette" aux mains du chef de l’Etat sortant qui doit quitter officiellement le pouvoir le 29 mai.
  • Alors que les observateurs mettent en cause la crédibilité du scrutin, le président Obasanjo admet des dysfonctionnements d'ordre logistique, des violences, des vols d'urnes et la fraude. "On ne peut pas dire que nos élections puissent être qualifiées de parfaites", a-t-il déclaré dans une allocution surprise à la nation. Le président Obasanjo considère que le processus démocratique sort renforcé et a invité les partis qui contestent les résultats à utiliser les voies légales pour régler leurs litiges. "Après tout, dans quatre ans, il y aura une autre occasion qui, je l'espère, sera sans manipulations de bulletins ou d'urnes", a-t-il déclaré.
http://www.rfi.fr/actufr/articles/088/article_51259.asp

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélusine - dans Afrique noire
commenter cet article

commentaires

Yann 24/04/2007 23:21

Soyez sur qu'au vu des courbes démographique, un jour le président du territoire qui fut la France ressemblera à cela.

Mélusine 25/04/2007 20:11

Je ne pense pas. Pas un Nigérian, en tous cas.Les Nigérians savent que leur pays est riche et que s'ils sont pauvres, c'est par la corruption de leurs dirigeants. De plus, ce sont majoritairement des ruraux, donc attachés à leurs terres. Bien que ce soit le pays le plus peuplé d'Afrique, ce n'est pas, me semble-t-il, du Nigéria, que vient le gros de l'immigration subsaharienne. En plus, ils sont anglophones.