Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Géopolis
  • : Géopolis est consacré à la géopolitique et à la géostratégie : comprendre la politique internationale et en prévoir les évolutions, les conflits présents et à venir, tel est le propos, rien moins !
  • Contact

Profil

  • Mélusine

Géopolis

Par ces temps troublés, l'actualité géopolitique inquiète et déconcerte. Les clefs nous manquent souvent pour en appréhender les facteurs d'évolution décisifs. Et en cette matière, les médias communs informent à peu près aussi mal qu'ils sont mal informés. On nous parle beaucoup de "mondialisation", mais la compréhension des désordres mondiaux n'en paraît pas tellement meilleure et les désordres eux-mêmes persistent, redoublent même... Bien sûr, Géopolis n'a pas la prétention de tout savoir et de tout expliquer. Nous tenterons simplement ici avec ceux qui voudront bien nous rejoindre de contribuer à la réflexion, d'éclairer certaines questions d'actualité en apportant des informations passées inaperçues ou des témoignages de première main, et aussi de prendre un peu de distance pour ne pas trop nous laisser impressionner par l'impact immédiat des événements. A qui s'adresse Géopolis ? A nous tous, simples citoyens, parce qu'en nos pays réputés démocratiques, nous sommes à l'origine de choix cruciaux : par le vote, c'est nous qui portons au pouvoir des hommes dont les décisions (ou les indécisions) feront le monde de demain, les guerres, la vie et la mort des pays et des peuples... C'est bien sérieux tout ça ! - Oui, le sujet est sérieux, mais les manières de l'aborder peuvent ne pas l'être toujours. Il sera donc aussi question de traités d'art militaire, de la formation des chefs d'Etat, de romans d'espionnage ou de cinéma...

Recherche

14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 22:47
Deux points de vue opposés sur l'Iran aujourd'hui.

Pour moi, il ne fait pas de doute que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad - Nejad pour les intimes - ait été réélu ce dimanche tout à fait démocratiquement. Parce que s'il s'avérait, comme le disent des personnes aussi désintéressées que nos bons amis américains, qu'il y ait eu dans les élections de ce dimanche quelques fraudes, votes achetés ou sous influence, et matraquage médiatique, il n'y aurait là-encore rien que de très démocratique. Il suffit pour s'en convaincre de voir comment nos médias ont fait les dernières élections européennes, passant sous silence des listes sérieuses pour mieux promouvoir celles de l'Omniprésident et des faux écologistes de Cohn-Bendit et compagnie, aussi financés par l'Elysée. Nos Messieurs des gouvernements occidentaux sont vraiment mal placés pour donner des leçons de morale.

La réalité, c'est qu'en dehors de Téhéran, Nejad reste très apprécié dans son pays, en particulier auprès des couches populaires qui constituent tout de même la très large majorité des 70 millions d'habitants et plus que compte l'Iran. Sa politique ouvertement populiste, ici au meilleur sens du terme c'est-à-dire favorisant les plus modestes, y est sans doute pour beaucoup. La participation a atteint les 85%, ce qui là aussi contraste avec les élections prétendument représentatives de chez nous. Quoi qu'il en soit des vertus du système, Nejad est donc réélu avec 62,6% des voix contre 33,7% à Mir Hossein Moussavi, le candidat préféré des beaux quartiers de la capitale. Au demeurant, le vrai dirigeant du régime, l'ayatollah Ali Khamenei, vient de saluer la victoire de Nejad. La messe est dite, du moins pour l'instant. Parce que dans les rues de Téhéran, ça commence à chauffer.

C'est mon point de vue, et je le partage ! Je vous renvoie à ce sujet au blog du journaliste Georges Malbrunot : Iran : Pourquoi une telle surprise ?. Ah, mais que c'est malheureux me direz-vous. Peut-être. Il n'en demeure pas moins que l'Iran tel qu'il est, ses mollahs et son Nejad dont les médias occidentaux nous ont fait un épouvantail, l'Iran donc est un des rares pays à ne pas se plier aux diktats du Nouvel Ordre Mondial, et ça c'est plutôt sympathique. Cependant, les opposants iraniens au régime ont une toute autre idée de la situation présente, notamment le Conseil national de la Résistance iranienne de Madame Maryam Radjavi.

Sources : http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/ ; http://www.ncr-iran.org/fr/index.php

Car tout n'est pas rose au pays des roses. Et la France joue un vilain petit rôle dans l'affaire. C'est en tout cas ce que nous rapporte notre envoyé spécial au Sénat, Sam Fonta, qui nous présente ici les derniers épisodes d'une sombre affaire façon Irlandais de Vincennes où notre gouvernement a encore trempouillé.

----------------

La France et les mollahs ou la danse du serpent
par Sam Fonta

Le 11 février 2009 (30 ans, jour pour jour, après la prise de pouvoir de Khomeiny à Téhéran), une réunion publique s’est tenue au Sénat, sous l’égide du « Comité Français pour un Iran Démocratique » qui rassemble députés, sénateurs et anciens ministres de tous bords. À cette occasion, des élus, des avocats et des responsables d’associations ont, sous la présidence de Jean-Pierre Michel, sénateur de la Haute-Saône, éclairé les divers aspects du lourd contentieux qui oppose, depuis plus de cinq ans, la justice française et l’opposition iranienne résidant dans notre pays. Intervenant juste après une décision historique de l’Union européenne vis-à-vis de la résistance iranienne, la réunion des parlementaires fut l’occasion de dresser un bilan dont il convient d’exposer les aspects essentiels.

En juin 2003, après avoir assuré pendant vingt ans leur protection, les autorités françaises orchestrèrent contre les militants de l’opposition iranienne, en exil à Auvers-sur-Oise (Conseil National de la Résistance Iranienne et Organisation des Moudjahidins du Peuple Iranien), une mise en scène médiatique autour de 1300 gendarmes et policiers convoqués pour appréhender une centaine d’opposants à la dictature théocratique et islamiste de Téhéran. Certains d’entre eux furent inculpés sur le champ « d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». Ce revirement radical était consécutif au ballet diplomatique franco-iranien qui, entre le voyage de Dominique de Villepin en avril 2003 et celui du ministre du Commerce extérieur le mois suivant, permit à la France d’obtenir de juteux contrats pour de puissantes entreprises hexagonales, Total en tout premier lieu.

Près de six ans plus tard, ce choix de sacrifier les résistants iraniens en leur imputant ce contre quoi ils luttent – un terrorisme sanglant – apparaît désormais aussi pervers qu’intenable. Les supposés « terroristes » attendent toujours un procès sans cesse repoussé car il ne pourrait qu’aboutir à leur relaxe et ils ont, entre temps, entrepris et gagné 21 actions en justice contre les autorités françaises. Il apparaît aujourd’hui clairement que le pouvoir politique a, dans cette affaire, instrumentalisé la lutte anti-terroriste à partir de dossiers vides : les seuls éléments à charge reposaient en dernier lieu sur des « preuves » fabriquées, envoyées de Téhéran par les officiers tortionnaires des unités de répression du régime. Aujourd’hui, les résistants iraniens sont ainsi libres de leurs mouvements et peuvent se réunir de nouveau à Auvers. l’État français, désavoué à de multiples reprises, persiste dans son égarement malgré les interpellations de plus en plus véhémentes des parlementaires. Une telle attitude relève sans doute d’un entêtement orgueilleux, mais plus vraisemblablement d’une crainte de déplaire à la junte religieuse de la République Islamiste.

Ce déni de justice et de respect des procédures démocratiques a fini par troubler les élus. Adrien Zeller, Président de la Région Alsace, a ainsi souligné ce qu’il y a d’inquiétant pour des citoyens français à constater que les autorités de notre pays font si peu cas des principes des Droits de l’Homme et des décisions de juridictions parfaitement compétentes telle la Cour européenne de Justice. Cette dernière a, par deux fois et avec des attendus fort sévères, intimé l’ordre aux gouvernements de l’Union de retirer la résistance iranienne (CNRI et OMPI) de la liste officielle des organisations terroristes. Le 27 janvier 2009, après des recours dilatoires de la France pour retarder l’inévitable, le Conseil des Ministres de l’UE a tiré le bilan des décisions judiciaires en lavant les résistants iraniens de l’accusation de terrorisme. La France, seule contre tous, tente actuellement une ultime et dérisoire procédure qui ne peut qu’échouer alors que nos partenaires ont déjà tourné le dos à cette posture indigne. Ainsi, le Ministère des Finances britannique vient de dégeler les avoirs de la résistance iranienne dans les banques anglaises.

La stupéfiante soumission de la France envers les mollahs iraniens, concernant des femmes et des hommes qui luttent pour abolir un système de terreur organisée, attire désormais vers Paris les regards surpris et réprobateurs de ceux, nombreux en Europe (parmi lesquels 2000 parlementaires), qui ont pris le parti de défendre l’opposition au régime sanguinaire et corrompu de Téhéran.

Car enfin, pourquoi persister dans une telle attitude de dépendance envers un pouvoir criminel qui incarne ce qu’il y a de plus opposé aux fondements de la République française ? Pour remporter des contrats industriels, précieux en période de crise ? Mais les Anglais ou les Allemands sont certains d’en obtenir autant, sinon plus, tout en conservant leur dignité. Pour éviter que les machiavels en turban ne dirigent vers Paris les réseaux terroristes bien réels qu’ils nourrissent ? Mais alors, quelle lâcheté, au moment même où les plus hautes autorités de notre pays répètent à l’envi « qu’il faut être ferme » dans le dossier du nucléaire iranien, donnant au passage de risibles leçons à l’administration Obama.

Il existe en outre, comme l’a relevé l’avocat Mario Stasi, un enjeu humanitaire : celui des milliers d’opposants iraniens réfugiés à Achraf, en Irak. La position isolée et absurde de la France peut en effet être invoquée demain par le gouvernement irakien pour justifier, dans un marchandage cynique et mortel avec les maîtres de Téhéran, le renvoi des réfugiés vers les potences qui les attendent. Arrogante, foncièrement injuste, niant sans vergogne la réalité au-delà de ce qui est admissible, telle apparaît en définitive l’attitude officielle adoptée sur cette question par le pays des Droits de l’Homme et de l’ingérence humanitaire.

La posture dans laquelle s’entêtent désormais sans espoir le Quai d’Orsay et l’Élysée, nous fait penser à celle d’un apprenti charmeur de serpent qui, soufflant dans son instrument, aurait réussi à faire sortir de son panier un cobra au venin mortel mais ne saurait plus comment l’y faire rentrer. Pensant que, s’il s’arrête de jouer, le serpent le mordra, il continue de souffler jusqu’à épuisement pour repousser le moment fatal. Personne ne lui a dit que le serpent était en réalité sourd et que seuls les battements de pied rythmant la musique le tiennent en respect ! Il en est de même des mollahs : il suffit de marteler une position ferme avec détermination et constance pour rendre leur poison inopérant. Tous ceux pour qui le respect d’eux-mêmes et des hôtes que la France a accueillis n’est pas un vain mot, auront en tous cas à cœur de lutter sans faiblesse, comme s’y sont engagés les parlementaires réunis au Sénat le 11 février, pour effacer au plus vite les effets de ce dévoiement persistant et injustifiable de nos dirigeants.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélusine - dans Golfe persique
commenter cet article

commentaires