Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Géopolis
  • : Géopolis est consacré à la géopolitique et à la géostratégie : comprendre la politique internationale et en prévoir les évolutions, les conflits présents et à venir, tel est le propos, rien moins !
  • Contact

Profil

  • Mélusine

Géopolis

Par ces temps troublés, l'actualité géopolitique inquiète et déconcerte. Les clefs nous manquent souvent pour en appréhender les facteurs d'évolution décisifs. Et en cette matière, les médias communs informent à peu près aussi mal qu'ils sont mal informés. On nous parle beaucoup de "mondialisation", mais la compréhension des désordres mondiaux n'en paraît pas tellement meilleure et les désordres eux-mêmes persistent, redoublent même... Bien sûr, Géopolis n'a pas la prétention de tout savoir et de tout expliquer. Nous tenterons simplement ici avec ceux qui voudront bien nous rejoindre de contribuer à la réflexion, d'éclairer certaines questions d'actualité en apportant des informations passées inaperçues ou des témoignages de première main, et aussi de prendre un peu de distance pour ne pas trop nous laisser impressionner par l'impact immédiat des événements. A qui s'adresse Géopolis ? A nous tous, simples citoyens, parce qu'en nos pays réputés démocratiques, nous sommes à l'origine de choix cruciaux : par le vote, c'est nous qui portons au pouvoir des hommes dont les décisions (ou les indécisions) feront le monde de demain, les guerres, la vie et la mort des pays et des peuples... C'est bien sérieux tout ça ! - Oui, le sujet est sérieux, mais les manières de l'aborder peuvent ne pas l'être toujours. Il sera donc aussi question de traités d'art militaire, de la formation des chefs d'Etat, de romans d'espionnage ou de cinéma...

Recherche

6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 22:51
Hier, 5 décembre, le vénéré roi Bhumibol de Thaïlande fêtait ses 81 ans. Pour la première fois en 62 ans de règne, le souverain a omis de prononcer son traditionnel discours d'anniversaire. Silence stratégique et presque obligé pour éviter de prendre ouvertement parti dans la crise politique que traverse le royaume.

Bangkok, 5 décembre 2007 : L'éléphant blanc royal

Le coup d'Etat militaire de septembre 2006 contre le gouvernement corrompu du Premier ministre Thaksin Shinawatra et l'exil de ce dernier à Londres n'ont pas remédié à l'instabilité politique, puisque les partisans de Thaksin sont revenus au pouvoir à la faveur de fraudes massives lors des élections législatives de décembre 2007. C'est du moins ce que la Cour constitutionnelle vient de sanctionner en prononçant la dissolution du Parti du pouvoir du peuple (PPP) du nouveau Premier ministre Somchaï Wongsawat, beau-frère du précédent.

La crise, déjà émaillée de fusillades et d'attentats, semble se résumer au sommet à un affrontement de milliardaires : d'un côté Thaksin, le PPP et ses chemises rouges, de l'autre le magnat charismatique Sondhi Limthongkul, son parti de l'Alliance du peuple pour la démocratie (PAD), sa chaîne de télévision ASTV que regardent un million de Thaïlandais et ses chemises jaunes aux couleurs du roi. Les deux hommes financent des dizaines de milliers de fidèles, rouges contre jaunes, également fanatisés et prêts à en découdre.

Cependant, en filigrane, ce sont des choix économiques et géopolitiques cruciaux qui se dessinent dans ce pays ébranlé, alors que s'annonce la fin d'un règne prospère. Si chacun y va de ses protestations de loyauté au roi, la tension entre Thaksin et le souverain est ancienne. Le roi Bhumibol a toujours favorisé une économie bien tempérée, prônant l'autosuffisance des paysans. Thaksin au contraire est un mondialiste soutenu par les USA. Il n'est guère étonnant qu'il ait le soutien appuyé de la "communauté internationale" et de ses relais de presse, tout ceci bien sûr au nom de la démocratie... Voilà qu'on commence à parler d'abolir la monarchie en Thaïlande et, en août dernier, le magazine américain Forbes, dans son classement des "World's Richest Royals", a propulsé Bhumibol souverain le plus riche du monde, au grand embarras du Palais. Pas faux, mais cette notoriété soudaine, est-ce un hasard ?

Passent les coups d'Etat (18 depuis le début de son règne), les premiers ministres (27), les constitutions (16), le roi demeure. Mais que deviendra après lui la Thaïlande ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Mélusine - dans Extrême-Orient
commenter cet article

commentaires

pascal ENGELMAJER 04/06/2015 02:03

Encore une qui lèche les bottes de la dictature...
Elle prend les Thaïlandais et les gens pour des cons...

Mélusine 11/06/2015 22:59

Celui qui les prend encore plus pour des c... est celui qui pense qu'ils sont c... d'avoir un roi.